Des alternatives à la vaisselle jetable

J’avoue, lors de ma découverte de la toile weddeuse-écoleuse-trendy-chic, quelques thèmes me laissaient perplexe. Notamment les passages sur la vaisselle jetable écolo.

Moi, j’ai peut-être mal compris un truc, mais pour moi, si c’est conçu pour ne servir qu’une fois, ce n’est pas écolo. Ça ne veut pas dire que c’est mal ou que c’est interdit (comme de faire venir presque 100 personnes des quatre coins de la France pour deux jours !)

Bon, tant qu’à faire, s’il faut jeter, autant que ce soit du biodégradable fabriqué dans des conditions décentes, on est d’accord, et là on peut aller lire le post de Petit Poison à ce sujet. Mais moi, têtue comme un sphinx colibri (qui sont des petites bestioles qui savent ce qu’elles veulent, lisez la Hulotte pour plus d’informations), je ne voyais pas pourquoi s’embêter à acheter du jetable alors qu’on peut louer du durable.

Là, vous devriez avoir une photo de ma solution, mais mon appareil photo tape la belote avec Murphy

Sauf que :

Quand vous avez un traiteur, il fournit la vaisselle, mais pour le brunch/retour de noces/ repas du lendemain matin, souvent non traiteurisé ?

Hé bien, on peut faire comme ceux qui se marient sans traiteur, et louer la vaisselle à la commune (et on peut souvent le faire indépendamment de la salle, aux mairies, comités des fêtes, mais aussi aux écoles, cantines, etc …)

Sauf que :

On se retrouve donc avec de la vaisselle prévue pour toutes les occasions, basique et sobre, ce qui est plutôt un bon point … Mais souvent, avec des verres « de cantine ». Et, sauf si le thème du mariage est « t’as quel âge sous ton verre », on peut avoir envie de verres à pied pour le vin, le champagne et l’élégance.

Heureusement,  il y a quelques services spécialisés de location de vaisselle pour ce genre d’occasion (avec ou sans la vaisselle incluse dans ce prix) … Le plus près de chez moi proposait ce prix pour une journée :

Verre : 0.19 € ht pièce
Assiette : 0.16 € ht pièce
Couvert : 0.20 € ht pièce
transport en sus suivant km.

Sauf que, tout le monde faisant la fête en même temps, vous me voyez venir … plus de verres à pied libres pour nous !

Alors, j’ai eu une idée de génie (l’approche du mariage rend modeste, notez-le.)

Je suis allée à Emmaüs. A Emmaüs, y a plein de verres, et même plein de verres à pied. Absolument dépareillés, mais moi j’aime bien, j’ai décidé que ça serait joli (d’ailleurs, je ne sais plus – encore ! – mais j’avais vu il y a quelques temps une idée très chouette à bases de carafe et pot à eau chinés et tout aussi disparates.)

Et puis, les œnologues amateurs trouveront forcément leur bonheur, les autres s’en fichent, et moi je suis contente (l’homme qui ne boit que du jus de fruits s’en fiche aussi).

48 verres et une photo pourrite !

Emmaüs est en France le précurseur des ressourceries. Et comme alternative à la location (si vous aimez le dépareillé donc), c’est très intéressant, même au niveau du prix. Pour 13 euros et en une visite, j’ai ainsi en ma possession 45 verres à pied et flûtes à champagne (imaginez une photo ici, elle arrivera plus vite), ce qui fait, sur deux jours, pas tout à fait 15 cents le verre à la journée, si je les redonne à Emmaüs ou ailleurs (encore ailleurs, ça mériterait un autre billet tout ça) ensuite, il y a d’autres options aussi où je peux même récupérer tout ou partie de la mise.

Évidemment, ça demande un peu de prévoyance, demain nous allons à un autre Emmaüs, ayant dévalisé celui-ci (enfin, juste en verres à pied, s’entend). Ah non, demain c’est le premier mai (moment d’angoisse … j’ai prévu plein de trucs de dernière minute les prochains samedi … fériés … mmmh … soufflons bien fort, ça va aller !)

Publicités

Le prix d’un mariage écolo : la bière, la limonade et le jus de fruits

Suite d’un modeste dossier comparatif commencé ici avec la robe de mariée, et suivi par le comparatif du prix du repas, et par celui des prix du vins et du champagne.

Cette fois-ci, je comparerai uniquement le budget moyen d’un mariage (d’après ce dossier publié sur le site Le Journal des femmes,) et le budget de notre mariage, puisque nous nous contentons d’acheter du vin, du champagne et des jus de fruits biologiques directement aux producteurs, le plus localement possible.

Selon JDF, « En ajoutant le vin d’honneur ou le cocktail et le repas, le budget boissons s’élève en moyenne entre 400 et 1 400 €« 

Voilà qui nous avance, n’est-ce pas …

On compte en général 1 fut de bière pour 20 personnes (5 futs pour 100), mais le marchand m’a assuré que c’était beaucoup trop ! Cela dit, comme il reprend ce qui n’est pas entamé, et que certains restent plusieurs jours …

Limonade à la myrtille de la brasserie d'Olt

Limonade à la châtaigne

Idem, à la châtaigne

Idem, au sureau


Je n’ai pas trouvé de référentiel convenable pour les jus de fruits (sauf pour faire des cocktails !), nous avons donc imaginé qu’il ferait chaud et que les enfants seraient assoiffés !

Deux fûts de bière blonde, et deux de bière blanches à la brasserie artisanale d’Olt (un fut fait 30 litres), soit 270 € pour 60 litres (2,25 le litre), livraison et location des tireuses incluses. La même brasserie nous fournit aussi les limonades (nature, à la myrtille et à la châtaigne), 45 litres en tout pour 90 € (disponible aussi en fûts, moins cher). Rien n’est bio, mais c’est artisanal, local … et même de saison (j’ignorais que la bière avait ses saisons, mais si ! Pas moyen d’avoir de l’ambrée en mai !)

50 litres de jus de pommes « La cuvée des Pitchous », pressées par les enfants de l’école de notre commune grâce à un pressoir itinérant et au don de pommes d’un verger à l’abandon (donc non traité). Le jus est délicieux, l’étiquette jolie, les bénéfices vont à l’association de l’école … 2,50€ par litre, mais on peut enlever 50 cents de consigne, car les bouteilles sont réutilisées !  Donc, 100 € après déduction, et 4 litres gratuits !

Nous commanderons du vin rouge et du jus de raisin labellisé bio à un producteur que nous avons découvert grâce à notre nouveau groupement d’achat. Quant au jus de raisin, à 2,70€ le litre, nous prendrons 30 litres pour 81 €.

Ce qui nous fait un total de 541 € pour les jus de fruits, la limonade et la bière, sur deux jours, pour 85 adultes et 15 enfants (et un futur mari qui ne boit pas d’alcool !).

——————–

Les droits d’auteur s’appliquent à toute œuvre de l’esprit, quels qu’en soient le genre, la forme d’expression, le mérite ou la destination. Les photos ou extraits d’œuvres d’autres auteurs publiés sont sous licence Creatives Commons, ou entrent dans le cadre du droit de citation.

Tout lecteur de ce blog doit en respecter les droits de propriété intellectuelle. Il doit notamment veiller à ne pas reproduire et diffuser les articles et contributions publiées sur ce blog sur des supports payants sans l’accord de l’auteur. Tout lecteur peut néanmoins reproduire le contenu de ce blog à des fins de consultations privées ou reproduire et diffuser de courts extraits d’un article sur des supports gratuits (blogs, forums notamment) en citant « Envie de mai, enviedemai.wordpress.com » et l’auteur (sous son nom réel ou pseudonyme) de l’article ou du message.

Le prix d’un mariage écolo : les vins et le champagne

Suite d’un modeste dossier comparatif commencé ici avec la robe de mariée, et suivi là (un  jour …) par le comparatif des prix du repas.

Cette fois -ci, je comparerai uniquement le budget moyen d’un mariage (d’après ce dossier publié sur le site Le Journal des femmes,) et le budget de notre mariage, puisque nous nous contentons d’acheter du vin, du champagne et des jus de fruits biologiques directement aux producteurs, le plus localement possible.

Selon JDF, « En ajoutant le vin d’honneur ou le cocktail et le repas, le budget boissons s’élève en moyenne entre 400 et 1 400 €« 

Voilà qui nous avance, n’est-ce pas …

On compte en général :
1 bouteille de vin / 3 personnes (soit 34, 20 rouges, 14 blanches, pour 100 personnes)
1 bouteille de champagne / 2 personnes (45 bouteilles, le surplus sera racheté par ma mère)
1 bouteille d’alcool fort / 6 personnes (Mmmmh … nous nous en passerons)
1 bouteille d’alcool doux / 2 personnes (idem)
1 fut de biere/20 personnes (5 futs)

Tout cela est à modérer suivant ce que vous connaissez de vos invités (plutôt jus de fruits, bières ou vins ? Gros buveurs ou fins œnologues ? Combien de femmes enceintes ou allaitantes ? Certains doivent-ils conduire pour rentrer ? Plutôt des amateurs de rouge ou de blanc ?), le nombre d’enfants, et des imprévisibles comme la chaleur qui vous fait partir la bière et le petit blanc frais trois fois plus vite ! Les fournisseurs vous donneront une idée précise et en général juste du volume à prévoir, ils sont également nombreux à reprendre ce qui n’a pas été bu, ce qui incite à l’honnêteté. C’est à vérifier bien sûr, mais jusqu’ici, personne ne nous a poussé à la consommation, on a plutôt modéré nos ardeurs (enfin, les miennes !) (Mais nous, on s’en fiche, s’il en reste, ce sera pour les jours suivants !).

En ce qui nous concerne, nous attendons pour l’instant 89 adultes et une bonne vingtaine d’enfant. Les principes qui nous guident sont très proches de ceux de notre ancien groupement d’achat. Nous avons choisi de ne pas chercher à faire baisser les prix (même si on accepte les ristournes !) mais de privilégier les démarches qui nous plaisent : bio, locales, artisanales … Nous ne cherchons pas l’exemplarité ou la perfection, mais à valoriser et soutenir des initiatives qui nous semblent élégantes.

Nous commanderons du vin rouge (et du jus de raisin) labellisé bio à un producteur que nous avons découvert grâce à notre nouveau groupement d’achat. 24€ les 5 litres de vin, donc une centaine d’euros pour nos 20 litres de vin rouge. Il faudra prévoir des carafes, le vin étant livré en bib’ !

Nous avons acheté le vin du Jura (blanc) dans une boutique chère à mon cœur puisqu’il s’agit du domaine Pignier, dans la cave duquel ma famille, à la génération précédente, avait l’habitude de fêter certains évènements – ce qui en dit long sur le cœur de ces gens, car « on » (je n’étais pas née cela dit) n’avait pas un sou vaillant (déjà) à l’époque ! Ils sont labellisés en biodynamie, et sont vignerons indépendants. le conseil est excellent et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils ne poussent pas à la vente ! Nous avons pris 12 bouteilles de Chartreux de 2006 (11 € la bouteille de 75 cl) et le même volume de Percenette de 2008 (13€), et avec une remise nous arrivons à 250 € pour 24 litres. Oui, j’adore le vin blanc … du Jura bien sûr !

En ce qui concerne le champagne, nous sommes partis pour 45 litres pour 990 euros. Il s’agit de la cuvée émeraude tout à fait exceptionnelle, testée et approuvée, en biodynamie, livrée et garantie sans mal de crâne. Mais … pas donnée, comme vous pouvez le constater. Du coup, le chèque n’est pas encore parti !

Voilà, ce qui nous fait un budget pour les vins et le champagne de … 1340€ ! (si nous buvons tout, ce qui est loin d’être sûr !)

Pour nous aider, le site des bouchons bio, qui répertorie les vins labellisés « bio », région par région. Cependant, ne perdons pas de vue que la certification en bio coûte cher, et que certains agriculteurs choisissent de se passer du label alors même qu’ils ont des méthodes aussi écologiques ! Pour cela, une seule solution, puisqu’ils ne peuvent se réclamer « bio », même s’ils le sont dans les faits, sans payer cette certification : connaître le domaine et le vigneron. N’oublions pas non plus que la vigne est en France le domaine agricole qui utilise le plus de pesticides …  choisissons donc en toute conscience pour mieux déguster !

——————–

Les droits d’auteur s’appliquent à toute œuvre de l’esprit, quels qu’en soient le genre, la forme d’expression, le mérite ou la destination. Les photos ou extraits d’œuvres d’autres auteurs publiés sont sous licence Creatives Commons, ou entrent dans le cadre du droit de citation.

Tout lecteur de ce blog doit en respecter les droits de propriété intellectuelle. Il doit notamment veiller à ne pas reproduire et diffuser les articles et contributions publiées sur ce blog sur des supports payants sans l’accord de l’auteur. Tout lecteur peut néanmoins reproduire le contenu de ce blog à des fins de consultations privées ou reproduire et diffuser de courts extraits d’un article sur des supports gratuits (blogs, forums notamment) en citant « Envie de mai, enviedemai.wordpress.com » et l’auteur (sous son nom réel ou pseudonyme) de l’article ou du message.

Une petite astuce et demie pour trouver des artisans locaux

Petite astuce : Allez dans de chouettes restaurants et ouvrez l’oeil (ça marche aussi avec les cafés, les brasseries, les salons de thé, les espaces « petites annonces » des magasins bio, des boulangeries et des dépots-ventes).

Exemple : Avant-hier, nous avons découvert par hasard (et aussi grâce à notre flair légendaire quand il s’agit de se régaler) un restaurant très sympa, qui propose entre autre de la limonade locale. On a gouté, pris l’adresse du fournisseur, et hop ! Non seulement il vend aux particuliers, mais il fait aussi des bières, et se propose de nous indiquer des producteurs de jus de fruits. Et il reprend les invendus.

Et demie : Parlez autour de vous. Dites que vous cherchez à acheter local, bio et directement au producteur. Tout le monde (surtout les jeunes femmes, mais bref) est curieux à propos du mariage, et puis c’est un sujet de conversation facile (à part quand on tombe sur des méchantes agressives, mais c’est rare), profitez-en.

Exemple : Si vous avez bien lu le paragraphe précédent, vous aurez compris qu’on a goûté la limonade, mais pas la bière ; nous ne sommes pas connaisseurs, et l’homme qui ne boit que de l’eau tiède (et de la limonade fraîche) ne boit pas d’alcool. Du coup, quand j’ai parlé de la Brasserie d’Olt à tableau boulot, trois personnes m’ont confirmé que c’était un bon choix. et on m’a conseillé un magasin de producteurs la semaine dernière, aussi.

Pour les Aveyronnais (et alentour), le site de la Brasserie d’Olt.

Des questions existentielles d’organisation de la journée

Nous nous marions dans le village où nous habitons. Ce n’est pas un choix écologique, mais une évidence : nos amis viennent de toute la France (et au delà, nos deux amours d’Italiens nous ayons répondu aujourd’hui qu’ils seraient là !), ma famille est  jurassienne, la sienne à Montpellier, il nous semblait bien que personne ne soit trop désavantagé. Et puis, ce mariage est une façon de dire à ceux que nous aimons « voilà où nous en sommes, vous êtes les bienvenus dans notre projet », ce qui doit à nos yeux se faire là où nous avons décidé de nous poser. Et puis, on veut être sous la guinguette !

Photo personnelle, que je remets si je veux, je l'aime, moi, cet endroit !

Afin d’allonger la journée et de passer le plus de temps possible avec chacun (on nous dit que c’est un doux rêve mais nous y croyons quand même), nous avons décidé de nous marier à la mairie à 11h, d’enchaîner avec un vin d’honneur où sont conviés les voisins et les collègues, de partager un premier repas avec nos invités, puis d’enchaîner avec la célébration à 15h.

Cette deuxième cérémonie est la plus importante à nos yeux : comment s’assurer que, la mairie, le vin d’honneur et un premier repas passé, nos proches restent « concentrés » ? Je ne crains pas vraiment la « pompettitude » (même s’il serait peut-être pertinent de déjeuner au champagne, qu’en pensez-vous ?), mais plutôt la fatigue, la digestion, l’éparpillement … Faut-il abréger le repas, en se contentant d’un apéritif « déjeunatoire », ou au contraire laisser le temps aux présent de faire la sieste, par exemple ?


Rien à voir mais il y a un nouveau venu dans ma liste de blogs !