Gling-Glo : musique pour baptême ou mariage

A la recherche de musique pour un baptême laïc (mieux vaut tôt que jamais !), je redécouvre le superbe album de Björk, Gling-Glo.

J’ai toujours associé le titre éponyme, et qui ouvre l’album, au monde de l’enfance. Il commence comme une berceuse, et continue comme une « réveilleuse » !

Or pour moi, il est impensable de choisir une musique de cérémonie sans avoir une idée des paroles. Les avis divergent (ça fait beaucoup) à ce sujet, mais personnellement, et même dans une langue étrangère, je ne choisirais pas une musique d’entrée qui parle de rupture, ou du massacre des civils iraniens. Même si la mélodie est jolie, yep. Surtout que la bonne moitié de l’assistance comprend l’anglais !

En islandais, je prends moins de risques, direz-vous, mais je suis têtue, pas envie de découvrir dans dix ans qu’on a souhaité la bienvenue à la petite bête dans ce monde de dingues sur une chanson pro-avortement (je suis pour le droit à l’avortement, ne confondons pas tout).

Donc j’ai appris l’islandais trouvé la traduction de Gling-Glo, et devinez quoi ? En fait, cette chanson parle … d’une demande en mariage !

Tic toc faisait la pendule
La lune souriait au-dessus des nuages
Éclairant le vieux chemin
Où Lina se tenait, joyeuse

Tic toc faisait la pendule
La lune souriait au-dessus des nuages
Lasi parti de Leiti s’en allait rejoindre
Lina qui l’attendait

La lune est chère au cœur des amoureux
Elle les inonde de sa lumière magique
Lasi portait sa culotte de soupirant
Bientôt lui parvint la réponse de Lina

Tic toc, faisait la pendule
La lune souriait au-dessus des nuages
Lasi arborait un sourire heureux
Car Lina répondit « oui ».

J’adore la façon totalement jouissive dont Björk chante le dernier vers, et notamment le « Ja ». (L’ensemble des paroles est répété.)

Du coup, je trouve que cette chanson peut aussi coller pour une cérémonie laïque …. de mariage. Pour la fin de cérémonie ce moment festif de la « sortie » des mariés et des embrassades, ou même au début, pour l’installation des invités ou une arrivée des mariés plus joyeuse que solennelle.

Publicités

Une chanson sur l’amour et la simplicité

Dès qu’il a été question de mariage entre l’homme qui passe ses exams et moi, et même avant à vrai dire, j’ai pensé à cette chanson.

Ou plutôt : dès la première fois où j’ai entendu cette chanson, je me suis dit qu’elle nous correspondait tout à fait, à tous les deux, et à notre vision du couple et de l’avenir. Nos valeurs de simplicité et d’écologie y sont évoquées sans grand discours, ni dénonciation-des-méchants-qui-pensent-pas-comme-nous.

Problème :  Je ne suis pas fan de la musique (du « refrain » en fait), au point que je n’en ai même pas parlé à mon fiancé.

Si j’avais soumis mon problème à Uhu, elle l’aurait résolu en un clin d’oeil : et pourquoi lire, ou faire lire les paroles de la chanson ? De préférence à deux voix, pour garder le texte vivant ! Autre avantage, on peut adapter, couper les passages qui nous dérangent, ou écourter.

« Ma » Chanson ? Curieux, va !

Je suis bien, de K, dans l’album L’amour dans la rue

Je crois qu’on aura des enfants
des petits rois heureux,
des serviteurs du vent …
Je crois qu’on aura une vie,
encore plus belle que
celle qui nous donne envie
je suis bien.

Je crois qu’on aura une maison
avec des animaux
et des fruits de saison.
Je crois qu’on aura des amis
avec des idéaux
qu’on vivra jour et nuit.

Je crois qu’on aura des voyages
que j’entendrai ta voix parler mille langages …
Je crois qu’on aura des rivières
qu’on se laissera glisser jusqu’à la mer

Je crois en nous
et tant pis pour les réalistes
qui nous traitent de fous
ou de pauvres idéalistes
je suis bien.

Je crois qu’on aura des sourires
à redonner à la joie
à qui voudrait mourir.
Je crois qu’on aura de l’argent
sans jamais pour cela
devoir vendre son temps

Je crois qu’on aura du soleil
de longues pluies de joie
de la paix à la pelle
je crois que la fidélité
entre nous gardera
ce goût de liberté.

Je crois en nous
et tant pis pour les réalistes
qui nous traitent de fous
de pauvres idéalistes
je suis bien.

Je crois qu’on ne va pas mourir
juste fermer les yeux
et ne pas revenir
je crois que si l’un de nous reste
l’autre sera un peu
dans tout ce qui caresse …

Je crois surtout que ce qui m’emporte vraiment
plus que tout ce futur
où je me vois en souriant
c’est là sans que j’y fasse rien
cette sensation sûre
meilleure que mille lendemains
où je suis bien
où je suis bien
où je suis bien

Un peu de triche !

Cela fait tellement longtemps que je n’ai pas posté sur ce blog que je me suis trompée trois fois de mot de passe avant de réussir à y entrer !

Je me pose quelques questions sur la suite de ce blog … Je l’ai démarré à une époque où je cherchais des infos et des témoignages sur les mariages écolos. Comme j’en trouvais très peu, je me suis dit que je pouvais au moins ajouter le mien ! J’ai rencontré ainsi quelques autres futures mariées (mais ils sont où, les gars ? hein , hein ?), puis, la mode du moment s’y mettant, des sites plus ambitieux que le mien ont vu le jour ou se sont étoffés, et tant mieux …

Et moi et moi et moi ? Je ne sais pas trop si j’ai fait le tour de ce que je voulais dire,  si j’ai envie de continuer dans la veine « témoignage », d’écrire des articles plus généraux pour les sites existants, ou de revenir à mon blog habituel. Bref, c’est le flou (mais c’est pas grave).

Donc, je triche, et comme Lilou m’a fait le plaisir d’un long commentaire, et que je trouvais dommage de ne pas le mettre un peu en avant, je lui laisse la parole, et je l’embrasse très très fort, elle sait pourquoi.


Le témoignage de LilouThe Frog

Faire-part : A l’époque je bossais bcp avec un imprimeur très sympa au boulot. Je lui ai donc demandé ses books à feuilleter. Rien ne correspondait exactement à ce qu’on voulait, alors on a combiné les idées et on lui a demandé de réaliser les pieces de base qu’on personnaliserais nous même ensuite. On a donc choisi le papier chez lui, fait découper la carte pliante format carré avec impression du texte, le petit carton volant percé pour le recto, et fait imprimer au format carte de visite l’invitation pour le dîner à glisser dans le faire-part. Côté fait maison on a appliqué un tampon sur les petits carton percés, on l’a saupoudré de poudre nacrée et fait gonflé au séchoir approprié. On a ensuite fixé le tout avec un ruban. Ca nous a pris des lustres, mais on était très content d’avoir réalisé des FP personnels.

Alliances : C’est chouette de faire réaliser des alliances, nous on a choisi un modèle standard identique pour les 2, mon mari l’a juste pris plus épaisse, + virile quoi ;)

Robe et accessoires : Pour moi il y avait un stress supplémentaire avec la robe, j’ai fais tous mes essayages chez Pronuptia Paris et je devais ensuite faire livrer la robe retouchée dans un Pronuptia alsacien. Je n’ai relâché la pression qu’une fois la robe arrivée à bon port, à quelques jours du mariage !! Quant aux accessoires, j’ai laissé tombé les bijoux proposés par Pronuptia pour une parure très très simple et discrète d’un bijoutier classique. Un zircon monté sur fil de pêche et les 2 petits solitaires assortis. J’ai depuis perdu le pendentif et une des boucles. Alors mon adorable petit mari m’a offert une nouvelle parure presque identique pour le réveillon de cette année :)

Tenue du marié : Le seul costume disponible dans la taille de mon mari se trouvait dans un Pronuptia du sud que celui de Paris a refusé de faire rapatrier. Il a donc été dans celui de Rouen qui a accepté, lui, de le faire venir. Äs forcément très économique d’aller faire ses essayages à 100 km de chez nous mais bon, au moins il était accompagné de ma demoiselle d’honneur qui connaissait ma robe et qui a permis d’assortir parfaitement nos 2 tenues !

Boissons : Nous avons eu la chance de dégoter un grossiste portugais qui a pu nous fournir la bière alsacienne « L’alsacienne sans culotte » (ca ne s’invente pas…) et la bière portugaise que nous souhaitions proposer pour prolonger notre thème. Nous avons aussi pris des tireuses, franchement ça c’était une super bonne idée, quand il fait très chaud les hommes adorent se faire servir une bière pression plutot qu’une canette. On a eu un franc succès ! On avait même engagé un copain pour s’occuper exclusivement du service de la bière au cocktail !
Ce même grossiste nous a aussi fourni les accras et autres friandises portugaises qui ont fait fureur au cocktail. Tant et si bien que nous n’avons d’ailleurs même pas pu y goûter ! Tout a disparu !

La vaisselle : C’est le traiteur qui nous a fourni la vaisselle. Lors d’un essai repas chez lui il nous a présenté sa vaisselle et les différentes compositions, pliage de serviette, combinaisons disponibles. Nous avons chois avec lui la couleur des nappes et du chemin de table aussi.

La déco : Nous n’avons pas décoré la salle du repas, elle avait déjà les couleurs appropriées. Mais nous avons réalisé un centre de table personnalisé pour la table des mariés : une cigogne alsacienne et un coq portugais de 50 cm de haut avec petits accessoires de mariés ;) Nous avons tout de même acheté un pot d’orchidée par table. Centre de table parfait, haut mais pas encombrant, les invités assis autour des tables rondes n’ont pas été gênés pour se parler.

Musique : Nous avons engagé un copain d’une de mes tatas, très bon chanteur qui s’accompagne au piano et qui a bien respecté nos choix musicaux. Il a plutot bien assuré, mais si c’était à refaire on prendrait peut etre plutot un mec genre DJ, un jeune capable de passer aussi bien les bons schlagerparade allemands dont les alsaciens rafolent que du Hotel Coste pendant le repas. Quelqu’un d’un peu lougne quoi ;)

Cérémonie : On l’a préparée à distance avec 2 ou 3 RV sur place qu’on y était, avec un couple qui accompagne les futurs mariés. Un couple extraordinaire qui ne nous a pas serinés de bondieuseries mais qui a au contraire réussi à faire ressortir juste l’amour et le bonheur que nous voulions transmettre à nos invités. Nous avons choisi des textes + philosophiques que religieux, idem pour les chants, une de mes tatas a elle-même chanté l’Ave Maria, nous avons eu un chant ancestral qui avait été chanté pour la 1ere fois dans le village au mariage de mes grands-parents, bref, nous avons eu une cérémonie très personnelle et j’étais très fière du livret de messe que j’avais réalisé, au format original d’un A4 plié sur sa hauteur. Très chic.

Voilà chère amie, je pourrais encore en rajouter pendant des heures, mais mon ventre gargouille ;)

Se marier autrement … mais encore ?

Le titre est un clin d’oeil à un ami qui n’a pas l’adresse de blog, ce qui manque de logique, du coup, j’explique. L’ami en question me faisait remarquer, qu’en gros, alternatif, ça ne veut pas dire grand-chose. Et malgré la qualité de pas mal de publications dont le titre est bâti sur le modèle « verbe à l’infinitif +autrement » (Grandir autrement, Elever son enfant autrement, Vivre autrement, Se marier autrement … je continue ?), force est de constater qu’il a raison : se définir par « autrement », c’est dire où l’on n’est pas (dans la norme) et non où l’on est – et les possibilités sont multiples !

Par exemple, en ce qui concerne, je ne sais pas, tiens, le mariage, se marier autrement peut vouloir dire : à 80 ans, en jeans et juste avec les témoins, en parachute, dans un parc d’attraction avec ses 800 meilleurs amis … voire tout ça à la fois, mais il faut de l’organisation.

En ce qui nous concerne, c’est peut-être le mot « simple » qui nous convient le mieux ; à part pour ce qui est du nombre d’invités (130 au dernier recensement) , nous cherchons à faire simple, à faire nous-mêmes (pas de prestataires de services).

Ce qui fait que lorsque je pense à ce mariage, le mot qui me vient le plus souvent, c’est … « sans » ! Un mariage sans traiteur, sans photographe, sans menu, sans liste de mariage, sans sono, sans DJ, et sans église …  Du genre Michel-Ange, « J’ai vu un ange dans le marbre et j’ai seulement ciselé jusqu‘à l’en libérer. »

Mais comme je l’ai déjà dit ailleurs, la simplicité volontaire ne consiste pas seulement à enlever mais tout autant à inventer !

Alors, je reprends,

un mariage sans traiteur, mais avec une auberge espagnole, les plats des amis, le pain cuit au four à pain par notre voisin, les boissons achetées directement aux producteurs, les tartinades maison ;

un mariage sans photographe professionnel, mais on sait que qu’il y a de très bons photographes amateurs parmi les invités,

un mariage sans menu, euh … ben oui, juste sans menu ! avec plein de surprises, donc.

un mariage sans liste de mariage, mais avec plein de cadeaux de participation des invités, à commencer par les petits plats ;

un mariage sans sono ni DJ, mais avec au moins un groupe de musique traditionnelle, sinon deux, et peut-être un autre de battucada, et des musiciens épars, de la musique manouche au chant lyrique … tous ces gens-là faisant partie des invités ;

un mariage sans église, mais nous construirons une cérémonie qui nous ressemble, nous choisirons des textes, il y aura de la musique, peut-être des bougies …

Un beau jour de notre vie !

——————–

Les droits d’auteur s’appliquent à toute oeuvre de l’esprit, quels qu’en soient le genre, la forme d’expression, le mérite ou la destination. Tout lecteur de ce blog doit en respecter les droits de propriété intellectuelle. Il doit notamment veiller à ne pas reproduire et diffuser les articles et contributions publiées sur ce blog sur des supports payants sans l’accord de l’auteur. Tout lecteur peut néanmoins reproduire le contenu de ce blog à des fins de consultations privées ou reproduire et diffuser de courts extraits d’un article sur des supports gratuits (blogs, forums notamment) en citant « Envie de mai, enviedemai.wordpress.com » et l’auteur (sous son nom réel ou pseudonyme) de l’article ou du message.