Concours de mariage

Il y a quelques jours, j’ai effacé sur ce blog un commentaire concernant une émission de télévision d’une grande chaîne qui cherche des participants.

De plus amples détails me sont parvenus : il s’agit d’inviter 4 couples se mariant prochainement, d’organiser leur rencontre, puis que chacune des futures mariées soit invitée au mariage des autres … Il y aura un système de notation et le gagnant se verra offrir son voyage de noces par la production. Le jour J, 2 cameramen en costume seront discrètement présents ; les mariés seront interviewés 10 mn mais guère plus. Les 3 mariées invitées seront davantage suivies par les caméras …

Je trouve ce concept horrible. Démentiellement moche.

Une des nombreuses raisons pour laquelle je voulais un mariage simple (et je dis « je » parce que l’homme qui bouquine n’est pas concerné par cette raison là), c’est que je ressens très fort cet esprit de compétition entre les futurs mariés, et que, connaissant mes limites, je ne voulais pas m’embringuer là-dedans.

Je ne voulais pas me dire que notre musique était plus entraînante que celle du mariage de mes amis, ou ma robe plus princière que celle de ma cousine, le repas plus fin, la déco plus chic, la mariée plus mince … Bref, un mariage ne devrait pas être une compétition (d’autant que ça conduit presque tout le monde à faire plus ou moins la même chose, parce que ça se fait, et pas parce que ça leur correspond).

J’apprécie beaucoup aussi le sexisme de l’émission : les futures mariéEs se rencontrent, vont aux mariages les unes des autres, sont suivies … et éventuellement se notent les unes les autres j’imagine ? En plus des éléments de notation et de comparaison qui sont abjects à mes yeux, les hommes sont simplement écartés de leur mariage. C’est bien connu, nos futurs maris font ça pour nous faire plaisir, en vrai ils s’en foutent. Comme dit l’autre « Ne t’attends pas à ce que je te parle, parce que je suis une plante verte ».

Sans parler de l’exposition d’un moment intime … Oui, moi qui ait mis en ligne des photos et le récit de notre mariage, cela me choque. Les cérémonies de mariage sont des évènements à la fois public et intime, et ces deux facettes se modulent selon différents choix et mécanismes, à la disposition en grande partie des mariés. Qui on invite, où l’on se marie, ce que l’on met sur son blog ou sur les forums … Avec une telle émission, cette dimension d’intimité vous échappera. Et si jamais des promesses sont faites, n’y croyez pas : j’ai par ailleurs une petite expérience des médias, et je peux vous dire que ce qui sera filmé sera montré, selon des critères d’audience et non de respect de vos petites personnes, qui après tout ont signé un contrat (même s’il est illégal, vous n’empêcherez pas les images d’être diffusées).

Je suis énervée, c’est vrai. Alors même que ceux qui traînent leurs guêtres ici sont sans doute peu concernés …

Alors pour répondre à ce joli commentaire …

« Bonjour
Je suis françois
Je travaille pour une emission de TV
Nous réalisons actuellement une nouvelle emission sur les mariages

Bonjour, je n’ai pas la télévision, je n’aime d’ailleurs pas le mot d’émission qui est devenu une sorte de fourre-tout pour ce qui se fait de plus voyeuriste à la télévision (vous m’auriez abordée avec le terme documentaire, mon impression aurait été différente …).

et on recherche des couples qui vont se marier entre le 25 mars 2011 et le 21 mai 2011.

Mon époux et moi fêterons nos noces de coton, je vois que vous avez pris le temps de lire attentivement ce blog avant de commenter, merci de cette marque de respect.

Vous pourriez gagner le voyage de noce de vos reve !! (tout vous sera permis)

Oh la jolie carotte ! Vous n’avez pas une légère impression de mégalomanie ? Comment pouvez-vous tout me permettre ? Peut-être que notre voyage de noces de rêves inclut de dîner avec le Dalaï-lama, Paul Auster et Barack Obama, pouvez-vous vraiment nous garantir cela ? Ou c’est juste une façon de nous appâter pour finalement nous laisser choisir entre différentes destinations du Club Med ?

Nous avons déjà fait notre voyage de noces, et il consistait à aller voir des amis éparpillés en France. Un truc parmi d’autres qui ne s’achète pas …

Si vous souhaitez plus d’information, n’hésitez pas à me contacter
Soit par email en me laissant vos coordonnées à … »

 

Et je vois sur le blog de 10lunes qu’évidemment, on fait de même avec la naissance …  je ne devrais pas être surprise, c’est dans le sens de l’exposition grandissante de l’intime à l’œuvre depuis des années. Et pourtant …

Le vrai mariage de V. et E. : un mariage atypique

Ce samedi, mon mari et moi étions « de mariage ».

Sans aucun doute le mariage le plus … atypique auquel j’ai assisté – et peut-être, auquel j’assisterai jamais !

V. et E. ont décidé de se marier il y a 6 mois, mais ils avaient initialement prévu une cérémonie très intime et officieuse, sans passer par la mairie. Il y a trois semaines, ils ont finalement décidé de procéder en même temps au mariage civil, et les invitations sont parties, par mail, dans la foulée.

Les futurs mariés font partie d’un projet de communauté écologique basé sur l’habitat léger (yourtes, tipis, roulottes). Ils vivent simplement, accordent une grande part de leur temps à des pratiques spirituelles diverses, sont végétariens, mangent bio et ne boivent ni ne fument.  Le mail rappelait ces principes, nous invitait à amener un plat à partager, nous donnait une heure de début des festivités (10h le samedi) et l’heure du passage à la mairie (14h30 le même jour). Les fiancés ayant été très marqués par leur voyage en Inde, ils souhaitaient nous voir parés des couleurs vives de ce pays.

Henna Wedding Decoration, Pune, India

Durant les quatre jours précédant le mariage, les fiancés participaient, sur leur lieu de vie, à un séminaire sur la « sexualité sacrée »,  auxquels les invités au mariage étaient conviés. Nous n’avons pas pu nous y rendre, mais j’aime l’idée de se préparer au mariage … et pourquoi pas, de proposer à tous de se joindre à cette réflexion.

Le samedi matin était consacré à la fin du séminaire pour les uns, à la préparation de la salle des fêtes (où le mariage civil a eu lieu) pour les autres. Nous tendons partout sur les murs de grandes tentures indiennes, en décorons également les tables, les chaises. des bougies s’allument un peu partout, des enfants cueillent des bouquets et disséminent des fleurs sur les tables … La salle plutôt laide en est métamorphosée !

Trois cérémonies sont prévues : une cérémonie religieuse, mais mêlant plusieurs religions ; une cérémonie civile et enfin une cérémonie dite alchimique …

La suite dans quelques jours !

La sortie de la mairie et la balade jusqu’à la guinguette

Bonjour bonjour, non je n’ai pas disparu. A l’instar d’une toute jeune mariée dont je viens de recevoir un mail, et même presque un mois après, je peine encore à trouver les mots, à me retourner sur ces journées exceptionnelles … Mais comme j’ai peur aussi d’oublier, je continue mon récit !

Nous n’avions rien prévu pour la sortie de la mairie (même si le lendemain du mariage j’ai eu une idée fabuleuse, je vous raconterai), avions pensé à des graines pour la fin de cérémonie « en plein champ », puis avions abandonné, dans l’incertitude du champ en question.

Mais évidemment on y a pensé pour nous …

La mairie de notre petit village est conçue de façon étrange, c’est un rectangle assez long mais dont la porte d’entrée est sur la longueur et non la largeur. Une grande table dans les mêmes proportions distribue l’espace : l’équipe de la mairie est logiquement au fond de la salle, mais les mariés et les témoins, qui tournent le dos à la porte, sont à quelques centimètres de la sortie, tandis que les invités sont tout autour de la table … et donc souvent plus loin de la porte que nous.

Vous me suivez ? Non ? Hé bien en gros, après avoir remercié notre homme orchestre dans son costume républicain, nous sommes sortis de la mairie … pratiquement les premiers !

J’ai un souvenir assez flou de l’effervescence ensuite, des photos prises, de moi qui voulais aller embrasser ceux que je n’avais pas encore salués, de tout d’un coup des petits avec des confettis et des grands avec des bulles soufflées toutes seules par le vent …

La merveilleuse M. avait en effet récupéré d’un mariage précédent des bidules à souffler des bulles, qu’elle avait imaginé donner aux enfants, et puis finalement ça faisait trop envie aux grands, d’autant que de son côté,  la soeur de l’homme qui s’interroge sur le végétarisme avait distribué les confettis aux petits … Joli moment, et jolies photos … (Toutefois, ceux qui ont des enfants, expliquez-leur que les confettis, c’est pas des armes de poing. Les lancer sur les mariés, ok, mais pas à deux centimètres de leurs yeux, merci, surtout quand la mariée porte des lentilles.)

 

 

Ensuite, j’ai enfin pu aller embrasser ceux que je n’avais pas vu le matin même ou la veille. Sauf que des gens en ont profité pour me féliciter, même si je venais de les voir. L’homme qui n’avait pas changé de nom de famille, lui, n’était pas dans le même cas, il avait vu tout le monde pendant que je me faisais pomponner et que je pomponnais. Moment un peu étrange pour moi, pas désagréable mais bizarre. Le père de l’homme qui rayonne me réclame quelques photos posées, je lui réponds un peu sèchement – je m’en excuserai bien vite – mais nous ne voulons pas de photos posées et surtout pas avant d’avoir dit bonjour à chacun.

Ensuite, mon mari tout neuf propose à la cantonade de nous suivre par un petit chemin (que j’avais repéré le matin même, an-ti-ci-pa-tion maximale), en prévenant que le chemin est fort joli mais un peu sauvage, il va falloir éviter quelques flaques de rosée (et de boue, mais c’est moins joli). Et nous partons devant, profitant de cette intimité relative pour nous dévorer du regard et nous émerveiller béatement du déroulé de la cérémonie, de la beauté du chemin, et même d’une invitée  rayonnante qui saute dans les champs comme une gazelle pour nous prendre en photo …

 

Début de la balade dans le monde civilisé

 

 

 

C’est au cours de cette balade que mon bouquet improvisé, où même le soleil daignera faire une apparition, s’agrémentera en plus d’un coquelicot.

 

 

Et la suite ? Bientôt !

Le jour J, la mairie

Début du récit ici (les jours précédents) et ici (le matin même)

Et là, surprise ! Je m’attendais à ce que mes acolytes partent devant (ce qu’elles font), et à ce que l’homme qui ajuste sa boutonnière dans un coin vienne à ma rencontre … ce qui n’est pas le cas ! Tout le monde applaudit quand j’arrive mais je me sens un peu seule, et très nerveuse du coup … et j’ai alors un geste « très italien« , parait-il : j’entre dans une famille qui vient de par là après tout !

 

 

 

Enfin, il arrive, nous y sommes … réunis pour dire oui. Il ne cesse de me regarder, je le trouve magnifique, et nous nous pressons à la mairie … je n’ai pas eu le temps de dire bonjour à ceux qui viennent d’arriver … ce sera pour après !

 

 

 

Nous entrons dans la mairie, l’adjoint au maire, qu’on aime beaucoup et qui nous connait bien, nous attend. Il est aussi notre voisin, notre propriétaire, et pour l’occasion, notre boulanger et notre joueur de cabrette, et il célèbre un mariage pour la première fois. Son discours est très personnalisé, avec même quelques mots d’occitan puisque je veux l’apprendre …

J’ai du mal à me concentrer, un grand sourire nerveux (mais assez photogénique heureusement) m’étire les lèvres, je fais des petits gestes aux gens que je découvre dans la salle, je serre mon bouquet, je cherche l’homme qui devient mon mari du regard.

Nos « oui » sont francs.

Nous sommes mari et femme devant la loi.

 

Le jour J, prologue

Le samedi matin, je me réveille à 6h, largement la première, j’ai très peu dormi comme les deux nuits précédentes. Je prépare la table du ptit déj. En attendant que les amis arrivent, je vais me promener, jusqu’à la grange. Il fait très très froid (3-4 degrés), je regarde les alentours, la vallée, entre dans la grange, passe sous la guinguette, en me disant « C’est aujourd’hui« .

Je rentre à la maison, me douche, me maquille. L »homme qui se lève émerge, je commence à lui parler de menus détails, il esquive « je vais plutôt écrire ma déclaration ». J’amène une table dans notre chambre, qui fera office de boudoir quand la coiffeuse arrivera, à 8h30. J’y ajoute le maquillage, un miroir, un petit bouquet que ma nièce m’a offert la veille, un ordinateur pour écouter de la musique. Les amis commencent à arriver, on a lancé le thé, le café. Je partage avec eux ce début de petit déjeuner, puis la coiffeuse arrive.

Les trois « coiffées » dont ma témoin Floh et moi nous isolons dans la chambre pas encore maritale, des copines passent prendre le thé, on se fait coiffer, on se maquille (éventuellement les unes les autres), Floh repasse mes robes et la chemise de Nico (louanges lui soient dédiées !), on s’habille …

Je teste mes gilets avec mes robes, vu le froid … eh non, je ne l’ai pas fait avant, mais tout concorde ! Le stress, auquel je ne m’attendais pas du tout, commence à monter … j’ai la tremblote. Je suis coiffée, c’est le tour de Floh, puis d’Elise, puis de M. … On se conseille les unes les autres, je maquille M., elle me met du vernis … et juste avant de partir, en réclame elle aussi ! E. se précipite, vite vite, il est temps !

Il est presque 11h. Tout le monde, dont l’homme qui a oublié sa fleur de boutonnière, est devant la mairie, sauf ma témoin et une amie qui m’accompagnent …

Le petit bouquet sur la table m’a fait de l’oeil, E. lui a ajouté un ruban, une amie passe  juste comme ça avec quatre boutons d’or qu’on ajoute. Un autre vient se changer, je lui donne la fleur en tissu pour l’homme qui n’a pensé qu’à son chapeau.

Ne reste que Floh, E. et moi. Je tremble comme une feuille, en marchant vers la mairie …