Clara & Lui : Les faire-parts

Je laisse pour quelques « épisodes » la parole à Clara, du blog Des idées plein les doigts. Le premier épisode, la demande en mariage, est ici. Elle définit leur mariage comme « simple, coopératif et un peu créatif », et nous raconte aujourd’hui la confection de ses faire-parts.

De plus en plus de couples décident de faire eux-mêmes leurs faire-parts (ce n’était pas notre cas, je rappelle qu’on a quatre mains gauches !), et les résultats sont souvent bluffants ! Néanmoins le choix de Clara et de son amoureux reste original : pas deux faire-parts identiques !

Faire-parts = papiers = gaspillage !

En même temps nous nous dirigions vers une fête qui allait demander d’envoyer beaucoup d’informations …

 Alors nous avons fait une première annonce par e-mail et téléphone, afin de n’envoyer des « faire-parts » (le nom n’est plus correct) qu’aux personnes qui viendraient !

Et j’ai fait la structure et Bruno le texte et la mise en page, je lui ai donné les dimensions de ce que je voulais faire, lui s’est adapté !

 Je ne voulais rien acheter, j’avais des millions (j’exagère à peine) de chutes de papier…

Dans les mêmes dimensions, le même style, les mêmes couleurs, chaque faire-part était différent ! Un régal à réaliser !

Le jeu des sept milles différences !

Clara, pourras-tu m’envoyer le texte (expurgé de ce qui permet de vous reconnaître !) du faire-part ? Je suis sûre que ça intéresse plein de gens !

Le texte des faire-part

Non, je n’ai pas disparu !

Oui, les futurs mariés sont toujours fous amoureux (et aussi fous qu’amoureux) !

J’aimerais consacrer plus de temps à ce blog mais … je ne le trouve pas. Je suis trop occupée à des choses cruciales comme postuler pour des formations et des choses encore plus cruciales comme … manger du comté râpé devant Dawson d’autres trucs importants.

Bref, trêve de justification, passons au vif du sujet.

On sait combien les futurs mariés pèsent chaque mot du texte de leurs faire-part (en général, il y a deux faire-part : pour les invités au vin d’honneur, et pour les invités au repas), même pour un mariage classique. En ce qui nous concerne, le faire-part doit non seulement donner rendez-vous mais expliquer l’organisation particulière de cette journée.

En effet, comment prévenir vos vieux amis qui ne vous ont pas suivi dans votre virage écologique que votre mariage ne ressemblera pas aux autres ? A ceux qui vous ont reçu comme des rois pour leur propre mariage que cette fois, ils amènent le saucisson ? Qu’il vaut mieux prévoir des chaussures de rando en plus des talons aiguilles ? Comment dire à votre grand-mère que non, vous n’allez pas à l’église, mais que vous allez quand même faire une cérémonie ? Être ferme sur le fait qu’il n’y a pas de liste de mariage et que vous ne souhaitez pas de cadeau – mais gentiment ? Inciter aux pratiques de transport écologique sans entrer dans une logique de culpabilisation ?

Galerie de NguyenDai, photo en Creative Commons (clic !)

Moi qui avait souvent souri devant les hésitations des amis entre deux phrases d’invitation qui me paraissaient identiques, j’ai compris leur intense réflexion ! Voilà le texte qui nous est venu :

Nous avons décidé de célébrer dans la joie et la simplicité notre mariage. Nous sommes très heureux de vous inviter, un certain jour de mai, chez nous à Pétaouchnock , en Aveyron.
Les festivités commencent à 11h à la mairie, puis nous mangerons ensemble sous la guinguette, avant une célébration en pleine herbe à 15h. Une fête et un bal suivront.
Nous ne souhaitons pas de cadeau mais comptons sur vous pour participer à cette belle journée :
_ en apportant un plat salé (cake, tarte, charcuterie, salade, fromages, choses qui se tartinent …) et un plat sucré (gâteau, tarte) à partager. Nous nous occupons des boissons et du pain.
_ en amenant vos instruments de musique, vos jeux, vos talents, vos sourires …
Vous pouvez aussi prendre un rôle pendant cette journée, ou venir quelques jours avant pour aider à la confection du pain … et rester quelques jours ensuite pour les balades dans la région et le plaisir de se voir.
Habillez-vous comme vous le souhaitez, mais n’oubliez pas que les soirées peuvent être fraîches en Aveyron, que la fête a lieu en plein air et en plein champ (sauf avalanche), et qu’un bal est prévu !
Amenez aussi un coussin ou des couvertures si vous le pouvez pour la célébration dans l’herbe.
N’hésitez pas à nous contacter pour organiser un covoiturage, nous donner votre gare et votre heure d’arrivée ou trouver un hébergement.

Nous serons ravis de rencontrer votre amoureux/se à cette occasion.

Permettez-nous d’anticiper le plaisir de vous voir en confirmant votre venue !



Envie de mai & l’Homme qui danse

Adresse

Téléphone

Mails

Les faire part, enfin !

C’est bon, les copains-de-la-vraie-vie-invités, vous êtes partis ? Je veux que vous ayiez la surprise !

Pour les autres, je peux raconter l’histoire des faire-part (hey, ma faiseuse de faire-part, tu t’en vas aussi, t’as quand même des surprises qui t’attendent) (enfin, peut-être)

Lire la suite

Un peu de triche !

Cela fait tellement longtemps que je n’ai pas posté sur ce blog que je me suis trompée trois fois de mot de passe avant de réussir à y entrer !

Je me pose quelques questions sur la suite de ce blog … Je l’ai démarré à une époque où je cherchais des infos et des témoignages sur les mariages écolos. Comme j’en trouvais très peu, je me suis dit que je pouvais au moins ajouter le mien ! J’ai rencontré ainsi quelques autres futures mariées (mais ils sont où, les gars ? hein , hein ?), puis, la mode du moment s’y mettant, des sites plus ambitieux que le mien ont vu le jour ou se sont étoffés, et tant mieux …

Et moi et moi et moi ? Je ne sais pas trop si j’ai fait le tour de ce que je voulais dire,  si j’ai envie de continuer dans la veine « témoignage », d’écrire des articles plus généraux pour les sites existants, ou de revenir à mon blog habituel. Bref, c’est le flou (mais c’est pas grave).

Donc, je triche, et comme Lilou m’a fait le plaisir d’un long commentaire, et que je trouvais dommage de ne pas le mettre un peu en avant, je lui laisse la parole, et je l’embrasse très très fort, elle sait pourquoi.


Le témoignage de LilouThe Frog

Faire-part : A l’époque je bossais bcp avec un imprimeur très sympa au boulot. Je lui ai donc demandé ses books à feuilleter. Rien ne correspondait exactement à ce qu’on voulait, alors on a combiné les idées et on lui a demandé de réaliser les pieces de base qu’on personnaliserais nous même ensuite. On a donc choisi le papier chez lui, fait découper la carte pliante format carré avec impression du texte, le petit carton volant percé pour le recto, et fait imprimer au format carte de visite l’invitation pour le dîner à glisser dans le faire-part. Côté fait maison on a appliqué un tampon sur les petits carton percés, on l’a saupoudré de poudre nacrée et fait gonflé au séchoir approprié. On a ensuite fixé le tout avec un ruban. Ca nous a pris des lustres, mais on était très content d’avoir réalisé des FP personnels.

Alliances : C’est chouette de faire réaliser des alliances, nous on a choisi un modèle standard identique pour les 2, mon mari l’a juste pris plus épaisse, + virile quoi ;)

Robe et accessoires : Pour moi il y avait un stress supplémentaire avec la robe, j’ai fais tous mes essayages chez Pronuptia Paris et je devais ensuite faire livrer la robe retouchée dans un Pronuptia alsacien. Je n’ai relâché la pression qu’une fois la robe arrivée à bon port, à quelques jours du mariage !! Quant aux accessoires, j’ai laissé tombé les bijoux proposés par Pronuptia pour une parure très très simple et discrète d’un bijoutier classique. Un zircon monté sur fil de pêche et les 2 petits solitaires assortis. J’ai depuis perdu le pendentif et une des boucles. Alors mon adorable petit mari m’a offert une nouvelle parure presque identique pour le réveillon de cette année :)

Tenue du marié : Le seul costume disponible dans la taille de mon mari se trouvait dans un Pronuptia du sud que celui de Paris a refusé de faire rapatrier. Il a donc été dans celui de Rouen qui a accepté, lui, de le faire venir. Äs forcément très économique d’aller faire ses essayages à 100 km de chez nous mais bon, au moins il était accompagné de ma demoiselle d’honneur qui connaissait ma robe et qui a permis d’assortir parfaitement nos 2 tenues !

Boissons : Nous avons eu la chance de dégoter un grossiste portugais qui a pu nous fournir la bière alsacienne « L’alsacienne sans culotte » (ca ne s’invente pas…) et la bière portugaise que nous souhaitions proposer pour prolonger notre thème. Nous avons aussi pris des tireuses, franchement ça c’était une super bonne idée, quand il fait très chaud les hommes adorent se faire servir une bière pression plutot qu’une canette. On a eu un franc succès ! On avait même engagé un copain pour s’occuper exclusivement du service de la bière au cocktail !
Ce même grossiste nous a aussi fourni les accras et autres friandises portugaises qui ont fait fureur au cocktail. Tant et si bien que nous n’avons d’ailleurs même pas pu y goûter ! Tout a disparu !

La vaisselle : C’est le traiteur qui nous a fourni la vaisselle. Lors d’un essai repas chez lui il nous a présenté sa vaisselle et les différentes compositions, pliage de serviette, combinaisons disponibles. Nous avons chois avec lui la couleur des nappes et du chemin de table aussi.

La déco : Nous n’avons pas décoré la salle du repas, elle avait déjà les couleurs appropriées. Mais nous avons réalisé un centre de table personnalisé pour la table des mariés : une cigogne alsacienne et un coq portugais de 50 cm de haut avec petits accessoires de mariés ;) Nous avons tout de même acheté un pot d’orchidée par table. Centre de table parfait, haut mais pas encombrant, les invités assis autour des tables rondes n’ont pas été gênés pour se parler.

Musique : Nous avons engagé un copain d’une de mes tatas, très bon chanteur qui s’accompagne au piano et qui a bien respecté nos choix musicaux. Il a plutot bien assuré, mais si c’était à refaire on prendrait peut etre plutot un mec genre DJ, un jeune capable de passer aussi bien les bons schlagerparade allemands dont les alsaciens rafolent que du Hotel Coste pendant le repas. Quelqu’un d’un peu lougne quoi ;)

Cérémonie : On l’a préparée à distance avec 2 ou 3 RV sur place qu’on y était, avec un couple qui accompagne les futurs mariés. Un couple extraordinaire qui ne nous a pas serinés de bondieuseries mais qui a au contraire réussi à faire ressortir juste l’amour et le bonheur que nous voulions transmettre à nos invités. Nous avons choisi des textes + philosophiques que religieux, idem pour les chants, une de mes tatas a elle-même chanté l’Ave Maria, nous avons eu un chant ancestral qui avait été chanté pour la 1ere fois dans le village au mariage de mes grands-parents, bref, nous avons eu une cérémonie très personnelle et j’étais très fière du livret de messe que j’avais réalisé, au format original d’un A4 plié sur sa hauteur. Très chic.

Voilà chère amie, je pourrais encore en rajouter pendant des heures, mais mon ventre gargouille ;)

« Alors, ces prépas, ça en est où ? »

En vrac !

California Wedding Photography par brandonmulnix (clic !)

Faire-part : Entre les mains de mon amie d’enfa(n)ce.

Alliances : commandées, payées, créées ! Mais pas encore reçues.

Tenue de la robe : J’ai choisi le modèle, ma couturière le trouve faisable (il est très simple), je devrais faire l’essayage du modèle en janvier. En espèrant qu’elle me plaise en vrai, et que la forme m’aille, ou ce sera le branle-bas de combat. Et si elle me plaît, il faut choisir et acheter le tissu … et la couleur. Ne parlons pas des accessoires (de toutes façons, à part des chausures, je ne suis pas sûre d’en vouloir).

Tenue du marié : Euh … un week-end pendant les soldes ? (En même temps, sans certitude sur la robe …)

Pairs par Lori Photography (clic !)

Boissons : Nous avons probablement trouvé les fournisseurs pour la bière et les jus de fruits.  J’ai envoyé un mail à mon contact pour le champagne, j’attends sa réponse, mais en attendant j’ai trouvé le site du producteur. Quant aux vins, je devais faire une dégustation dans le Jura avec un ami pendant ces vacances, mais la neige (et le manque d’organisation) ruinent ce plan. Mais je ne suis pas vraiment inquiète, au pire, quelqu’un de ma famille choisira pour moi (oui, pour moi, pas pour nous, Monsieur Enviedemai ne boit pas d’alcool). Bref, (presque) tout suit son cours, mais rien n’est fait.

La vaisselle : Mmmh, j’ai oublié. S’occuper de la vaisselle.

La déco : On a prévu deux week ends avec des amis (c’est leur idée) pour prévoir et faire tout ça. Et on a récupéré des pots de yaourts pour faire des lampions, des gros coeurs en carton un peu kitshouille, et des programmes Utopia pour les décorer.

Musique : Notre groupe préféré s’entraîne et évolue, apparemment on va être surpris, en plus ma Mila chante ! Par contre ils ont maintenant besoin d’être sonorisés. Il faut voir où trouver ça … Pour les autres groupes, l’homme qui s’en occupe … doit s’en occuper. Bientôt.

Cérémonie : Presque prête ! Il ne nous reste qu’à choisir deux textes et une musique, et surtout, surtout, à voir Floh, notre maîtresse de cérémonie. Ah, et aussi à demander à certains de nos proches de lire un texte.


Dites-moi, est-ce que j’oublie des milliers de choses ? On est toujours aussi sereins à propos de ce jour de mai … et toujours aussi occupés par ailleurs. C’est de l’inconscience à votre avis ?


Sur ce, bonnes fêtes !

Snow artistry par -Kj (clic toujours !)

Faire-part écolo, la suite (post à parenthèses)

Au début de mes péréginations sur la toile pour me faire une idée de ce qu’est un mariage écologique, je me suis intéressée plus particulièrement aux faire-part (une fois qu’on eut décidé de la date, que la salle fût réservée, et comme la question du traiteur ne se posait pas … ça me semblait logique !) Ca m’eut semblé ? Ca me sembla ? bli , blu ?)

« Ce qui est le plus écolo c’est de ne pas faire de faire-part », ai-je lu à droite et à gauche. Envoie un mail, ou un « faire-part par mail », ou fais un blog (j’avoue, le blog m’a paru une bonne idée, mais pas pour les mêmes buts).

L’homme qui me réveille en me regardant dormir (il tourne la tête, des fois) ( Qui a dit « pire que la princesse au petit pois » ?) était assez partisan du mail, en bon geek économe qu’il est. Moi, qui continue à envoyer des petits mots écrits avec des découpages collés sur l’enveloppe à chaque fois que j’en trouve le temps, j’ai protesté avec l’avant-dernière énergie (la dernière énergie, c’est pour les cas vraiment graves, genre bataille pour la dernière chataîgne du plat).

Et puis nous avons discuté avec nos-amis-qui-se-sont-mariés-un-peu-comme-nous-mais-avant, et on en a conclu que le faire-part n’était pas loin d’être indispensable.

Pourquoi ?

Parce que j’ai toujours très souvent raison,

Parce que j’en ai envie,

Et surtout parce que pour la journée de mariage telle qu’on la prévoit, on va donner pas mal d’instructions et d’explications à nos invités : amener une tenue qui leur permette de danser, de s’asseoir dans l’herbe, et d’avoir chaud,  le pourquoi de l’auberge espagnole, la température en plein air à la mi-mai au bord de l’eau (et d’ailleurs que les courageux amènent leur maillot de bain, et les musiciens leur instrument !), la non-liste de mariage, la gare la plus proche et les rendez-vous de covoiturage … Alors, tant qu’à faire, autant que tout cela soit imprimé sur du papier recyclé avec des encres végétales, non ?

Et pourquoi pas le faire nous-mêmes, à partir de récup (ce qui serait une solution plus écologique) ?  Tout simplement parce que mon amie d’en fa(n)ce, qui est graphiste, nous a proposé de concevoir le faire-part. Et que ça … ça me touche tellement que ça passe avant le reste – d’autant que c’est quand même plus raisonnable, vu le peu de temps que j’arrive à consacrer à la bricole en ce moment.

Parce que ça fera plaisir aux gens qui le recevront, à moi, et même finalement à l’homme-girouette !