Pourquoi se marier ?

C’est difficile pour moi (et pour nous je crois) de répondre à cette question autrement que « parce qu’on en a envie ». Comme on fait une cérémonie laïque, on est amenés à beaucoup réfléchir à ce que sont le mariage, l’engagement pour nous. Et pour moi, c’était déjà une raison de se marier, l’occasion de penser ensemble le couple, nos espoirs, nos attentes …
Ensuite parce qu’on veut faire la fête, avec tous ceux qu’on aime ou presque, une fois dans notre vie (les occasions de réunir les « récents » amis italiens, les copains d’enfance, et les familles respectives et tous les autres ne sont pas si faciles à trouver)

Pourquoi faire une cérémonie laïque ? Parce que les religions n’ont pas le monopole du rituel ou du sens. Parce que se marier, pour nous, est un acte symbolique plus qu’administratif.
Parce que nous ne sommes pas croyants, au sens religieux du terme, mais que la mairie ne comble pas notre besoin de rite et de beauté.
Parce que j’ai envie, une fois, de dire à tous ceux que j’aime « voilà mon aimé, voilà pourquoi il l’est », et que lui pareil.

Forest Land Art de VivaoPictures

Inventer nos propres symboles ...

De nombreux couples se marient à l’église pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la foi religieuse, mais tout avec

le besoin de rite, de spiritualité, de cérémonial. Certains, pour cela, acceptent des textes qui ne leur parlent pas, font des promesses qu’ils ne souhaitent pas tenir (sur l’éducation religieuse des enfants notamment), se conforment à des traditions qui ne les nourrissent pas.

En France, le mariage à l’église (ou au temple, ou à la mosquée …) n’a aucune valeur juridique, mais une très forte valeur symbolique : le mariage prononcé à la mairie doit se dérouler avant d’être célébré dans un lieu religieux.

Nous avons choisi de nous marier pour des raisons sentimentales et spirituelles, et non pratiques ou administratives (sans préjuger de la

pertinence de ces raisons par ailleurs). La mairie sera dont suivie d’une cérémonie … et celle-ci nous ressemble déjà !

On a le droit de construire ses propres rites, de prononcer des mots choisis, d’utiliser des symboles avec lesquels on est en profond accord. C’est une grande joie que de le faire, une grande joie aussi que de demander à nos proches de participer, sans avoir d’ailleurs  à se préoccuper de qui croit quoi et de qui a été baptisé dans quelle religion.

Publicités