Voyage de noces, etc.

Avec l’homme qui sera alors mon mari, on a prévu de partir en vacances deux mois cet été. On appelle ça notre voyage de noces, mais en fait, on va partir à pied, en train et en stop sur les routes de France et (surtout) de Navarre faire un tour des écolieux qui nous plaisent.

On commence à organiser ce voyage, et v’là-t’y pas qu’on tombe sur un projet en train de se monter, qui cherche du monde, pour construire un petit collectif agricole et culturel en milieu forestier, selon les valeurs de la permaculture (bonjour ceux qui utilisent l’alerte Google sur ce mot), de la communication non-violente et du consensus. En plein parc naturel, dans un hameau isolé, mais quand même pas bien loin d’un gros village.

Du coup, on s’interroge, c’est trop tôt, nous ne nous sommes pas encore formés, mais l’occasion est trop belle … c’est le projet qu’on a imaginé construire, et il cherche du monde ! Les déjà-impliqués nous ont demandé d’écrire quelques lignes sur différentes questions. Je vous livre le premier … et oui, sur le sujet, je suis bavarde ! (et encore, je me suis limitée …)

J'adore cette photo, je crois que je l'ai déjà mise d'ailleurs !

J'adore cette photo, je crois que c'est la deuxième fois que je la sers !

Ce que j’ai au fond de moi …
L’espoir, je crois, tout d’abord. L’espoir et la confiance dans une autre manière d’être les uns avec les autres, de se sentir faire partie du vivant, du mouvement général de la vie. L’envie, dans tout ce que je fais, de participer à ce mouvement de vie et de célébration de la vie ; cela dans le concret, dans le quotidien, dans le fait de faire ses conserves, de prendre le temps d’écouter celui qui parle, de me taire ou de chanter, de plonger mes mains dans la terre, d’apprendre à coudre, de soigner les animaux, d’apprendre à reconnaître les oiseaux, de faire la cuisine, de semer, de voir germer, de panser un cheval ou un âne, d’aller à pied …
L’envie profonde de créer le monde où je veux vivre, un monde où l’humain n’est pas en concurrence avec ses semblables ou la nature, mais en coopération. Avant tout dans mon projet, il y a des gens, avec des lieux et des temps réservés à l’intimité familiale ou personnelle mais aussi des temps de travail et de vie en commun … d’autant que j’aimerais idéalement ne plus distinguer mon travail de ma vie.
Je veux me lever le matin et que ça aie du sens, prendre le temps de dessiner des étiquettes pour les produits que je vends ou troque, faire moi-même le plus possible ; avoir une balançoire ; participer à proposer autre chose, être militant donc, mais vraiment dans une dimension de création et non seulement d’opposition, via un centre de ressources pourquoi pas, mais aussi par des voies ludiques, comme de l’accueil en cabanes peut-être, des soirées contes ou projections ou autres … Diffuser (je suis aujourd’hui et pour quelques mois encore documentaliste, la pédagogie, l’accès à l’information me tiennent à cœur), peut-être permettre à des déclics de se faire, des réflexions de s’approfondir …

J’ai été cavalière assidûment jusqu’à mes 22 ans (j’en ai 28), je m’imagine vivre et travailler avec des animaux, des ânes ou des chevaux (et puis aussi quelques volailles, quelques ovins ou caprins … et deux cochons …) sans pour autant avoir de certitudes. J’ai aussi, petite fille, beaucoup rêvé dans les vergers de mes parents et grand-parent, et sans y avoir appris de technique, d’une certaine façon les arbres participent à mon identité et je sais que je me construirai encore avec eux … Et j’imagine des abeilles aussi : des ruches pour le miel mais aussi pour la sauvegarde. J’imagine l’abondance et la vie qui grouille !
Je veux une vie de frugalité, de simplicité et de cohérence, avec les outils de la permaculture, de la CNV, du consensus, trois domaines dans lesquelles je me forme depuis quelques années (formation à la fois théorique via différents stages et pratique via la vie associative et une année de « woof ») … mais je crois que la véritable formation sera la construction de ce projet lui-même, le reste étant un précieux entraînement !

On continue d’organiser notre été … mais on rencontre des gens de ce projet le week-end prochain !

Publicités