Le vrai mariage de V. et E. : un mariage atypique

Ce samedi, mon mari et moi étions « de mariage ».

Sans aucun doute le mariage le plus … atypique auquel j’ai assisté – et peut-être, auquel j’assisterai jamais !

V. et E. ont décidé de se marier il y a 6 mois, mais ils avaient initialement prévu une cérémonie très intime et officieuse, sans passer par la mairie. Il y a trois semaines, ils ont finalement décidé de procéder en même temps au mariage civil, et les invitations sont parties, par mail, dans la foulée.

Les futurs mariés font partie d’un projet de communauté écologique basé sur l’habitat léger (yourtes, tipis, roulottes). Ils vivent simplement, accordent une grande part de leur temps à des pratiques spirituelles diverses, sont végétariens, mangent bio et ne boivent ni ne fument.  Le mail rappelait ces principes, nous invitait à amener un plat à partager, nous donnait une heure de début des festivités (10h le samedi) et l’heure du passage à la mairie (14h30 le même jour). Les fiancés ayant été très marqués par leur voyage en Inde, ils souhaitaient nous voir parés des couleurs vives de ce pays.

Henna Wedding Decoration, Pune, India

Durant les quatre jours précédant le mariage, les fiancés participaient, sur leur lieu de vie, à un séminaire sur la « sexualité sacrée »,  auxquels les invités au mariage étaient conviés. Nous n’avons pas pu nous y rendre, mais j’aime l’idée de se préparer au mariage … et pourquoi pas, de proposer à tous de se joindre à cette réflexion.

Le samedi matin était consacré à la fin du séminaire pour les uns, à la préparation de la salle des fêtes (où le mariage civil a eu lieu) pour les autres. Nous tendons partout sur les murs de grandes tentures indiennes, en décorons également les tables, les chaises. des bougies s’allument un peu partout, des enfants cueillent des bouquets et disséminent des fleurs sur les tables … La salle plutôt laide en est métamorphosée !

Trois cérémonies sont prévues : une cérémonie religieuse, mais mêlant plusieurs religions ; une cérémonie civile et enfin une cérémonie dite alchimique …

La suite dans quelques jours !

Publicités

Se faire maquiller ou le faire soi-même quand on n’a pas l’habitude ?

Et aussi un budget comparatif … par une fille qui ne se maquillait plus depuis longtemps.

Comme je me trouve très vite trop maquillée (peau de blonde mais sourcils noirs), que nous souhaitons le moins d’intervenants extérieurs possibles, et que je ne me maquille plus au quotidien, j’ai d’abord envisagé de ne pas me maquiller pour ce jour-là non plus.
Puis finalement, envie de jouer à la princesse et un peu de pression sociale aidant, j’ai décidé de me maquiller moi-même – ayant été maquillée plusieurs fois par une amie pro et me sentant, même « au plus naturel » terriblement peinturlurée, je voulais également tout maîtriser. Mais, histoire de me rassurer et de faire au mieux, j’ai pris ce que l’esthéticienne (qui travaille avec les produits Couleur Caramel, qui si j’ai bien compris peuvent mieux faire au niveau du paraben mais sont chouettes sinon, informations un peu vieilles demandant à être actualisées) appelle un cours d’auto-maquillage.

J’ai apprécié sa démarche, elle m’a demandé de venir avec mes produits, et ne m’a pas poussée (au contraire) à la consommation … n’empêche qu’il me manquait des tas de trucs.

Ce que j’avais : crème de jour, huile de soin (macadamia ou germe de blé à acheter au rayon cuisine, bio et première pression à froid, avec des huiles essentielles douces), mascara et plein de fards à paupières (avec les couleurs desquelles on peut faire un jeu de l’oie de ma tronche du lycée à mes premières années de boulot en passant par la fac) (je me sens vieille d’un coup), quelques pinceaux, un kit de rouge à lèvres.

Voilà, je me sens un peu comme ça quand on me maquille ...

Ce qui me manquait : fond de teint, poudre, blush, pinceau à blush.

Ce qui me manquait mais n’était pas indispensable mais j’ai cédé : pinceau biseauté pour que le crayon à zoeils tienne mieux.

Ce qui me manquait, que j’aurais pu faire moi-même, mais que je n’avais pas assez anticipé (ce n’est pas compliqué mais je ne teste pas une nouveauté faite maison sur ma peau à 19 jours du mariage) : un gommage.

Prix du maquillage et du cours : 136 €
Prix du maquillage de mariée : 21 €, plus 10 € par essai (au moins un), plus 41 € pour le nettoyage de peau compris dans le cours : 72 € …
Du simple au double, et pas en ma faveur, même en pensant aux produits que je vais conserver …Que je doute de réutiliser souvent (il faudra que je vois les dates de conservations de crème, pour les filer aux copines au cas où !), mais quand même une fois de temps en temps, parce que j’aime bien les compliments de l’homme qui râpe les carottes, et ceux des autres gens (le secret pour ça, c’est de pas se maquiller souvent je crois, du coup le maquillage a un petit air de fête ! Mais là, je m’entraîne …)

Je ne regrette pas, parce que je serai vraiment plus à l’aise avec un maquillage maison, et sans avoir à courir pour cela le jour J, mais au niveau financier, contrairement à ce que j’avais imaginé, c’est un mauvais calcul !

Sinon, se maquiller c’est très facile (je vous raconte si ça vous intéresse !), et j’ai une ligne de sourcils parfaite ^^ (et une peau qui a soif …)

Pour faire ses cosmétiques bio soi-même, il y a un bouquin très chouette aux éditions Terre vivante, et on m’a recommandé le site commercial d’Aroma-zone, qui propose des recettes. Et bien sûr, la catégorie dédiée sur le blog de ma sorcière préférée.

Mais c’est dans tes yeux que je me sens le mieux …

Le prix d’un mariage écolo : la bière, la limonade et le jus de fruits

Suite d’un modeste dossier comparatif commencé ici avec la robe de mariée, et suivi par le comparatif du prix du repas, et par celui des prix du vins et du champagne.

Cette fois-ci, je comparerai uniquement le budget moyen d’un mariage (d’après ce dossier publié sur le site Le Journal des femmes,) et le budget de notre mariage, puisque nous nous contentons d’acheter du vin, du champagne et des jus de fruits biologiques directement aux producteurs, le plus localement possible.

Selon JDF, « En ajoutant le vin d’honneur ou le cocktail et le repas, le budget boissons s’élève en moyenne entre 400 et 1 400 €« 

Voilà qui nous avance, n’est-ce pas …

On compte en général 1 fut de bière pour 20 personnes (5 futs pour 100), mais le marchand m’a assuré que c’était beaucoup trop ! Cela dit, comme il reprend ce qui n’est pas entamé, et que certains restent plusieurs jours …

Limonade à la myrtille de la brasserie d'Olt

Limonade à la châtaigne

Idem, à la châtaigne

Idem, au sureau


Je n’ai pas trouvé de référentiel convenable pour les jus de fruits (sauf pour faire des cocktails !), nous avons donc imaginé qu’il ferait chaud et que les enfants seraient assoiffés !

Deux fûts de bière blonde, et deux de bière blanches à la brasserie artisanale d’Olt (un fut fait 30 litres), soit 270 € pour 60 litres (2,25 le litre), livraison et location des tireuses incluses. La même brasserie nous fournit aussi les limonades (nature, à la myrtille et à la châtaigne), 45 litres en tout pour 90 € (disponible aussi en fûts, moins cher). Rien n’est bio, mais c’est artisanal, local … et même de saison (j’ignorais que la bière avait ses saisons, mais si ! Pas moyen d’avoir de l’ambrée en mai !)

50 litres de jus de pommes « La cuvée des Pitchous », pressées par les enfants de l’école de notre commune grâce à un pressoir itinérant et au don de pommes d’un verger à l’abandon (donc non traité). Le jus est délicieux, l’étiquette jolie, les bénéfices vont à l’association de l’école … 2,50€ par litre, mais on peut enlever 50 cents de consigne, car les bouteilles sont réutilisées !  Donc, 100 € après déduction, et 4 litres gratuits !

Nous commanderons du vin rouge et du jus de raisin labellisé bio à un producteur que nous avons découvert grâce à notre nouveau groupement d’achat. Quant au jus de raisin, à 2,70€ le litre, nous prendrons 30 litres pour 81 €.

Ce qui nous fait un total de 541 € pour les jus de fruits, la limonade et la bière, sur deux jours, pour 85 adultes et 15 enfants (et un futur mari qui ne boit pas d’alcool !).

——————–

Les droits d’auteur s’appliquent à toute œuvre de l’esprit, quels qu’en soient le genre, la forme d’expression, le mérite ou la destination. Les photos ou extraits d’œuvres d’autres auteurs publiés sont sous licence Creatives Commons, ou entrent dans le cadre du droit de citation.

Tout lecteur de ce blog doit en respecter les droits de propriété intellectuelle. Il doit notamment veiller à ne pas reproduire et diffuser les articles et contributions publiées sur ce blog sur des supports payants sans l’accord de l’auteur. Tout lecteur peut néanmoins reproduire le contenu de ce blog à des fins de consultations privées ou reproduire et diffuser de courts extraits d’un article sur des supports gratuits (blogs, forums notamment) en citant « Envie de mai, enviedemai.wordpress.com » et l’auteur (sous son nom réel ou pseudonyme) de l’article ou du message.

Le prix d’un mariage écolo : les vins et le champagne

Suite d’un modeste dossier comparatif commencé ici avec la robe de mariée, et suivi là (un  jour …) par le comparatif des prix du repas.

Cette fois -ci, je comparerai uniquement le budget moyen d’un mariage (d’après ce dossier publié sur le site Le Journal des femmes,) et le budget de notre mariage, puisque nous nous contentons d’acheter du vin, du champagne et des jus de fruits biologiques directement aux producteurs, le plus localement possible.

Selon JDF, « En ajoutant le vin d’honneur ou le cocktail et le repas, le budget boissons s’élève en moyenne entre 400 et 1 400 €« 

Voilà qui nous avance, n’est-ce pas …

On compte en général :
1 bouteille de vin / 3 personnes (soit 34, 20 rouges, 14 blanches, pour 100 personnes)
1 bouteille de champagne / 2 personnes (45 bouteilles, le surplus sera racheté par ma mère)
1 bouteille d’alcool fort / 6 personnes (Mmmmh … nous nous en passerons)
1 bouteille d’alcool doux / 2 personnes (idem)
1 fut de biere/20 personnes (5 futs)

Tout cela est à modérer suivant ce que vous connaissez de vos invités (plutôt jus de fruits, bières ou vins ? Gros buveurs ou fins œnologues ? Combien de femmes enceintes ou allaitantes ? Certains doivent-ils conduire pour rentrer ? Plutôt des amateurs de rouge ou de blanc ?), le nombre d’enfants, et des imprévisibles comme la chaleur qui vous fait partir la bière et le petit blanc frais trois fois plus vite ! Les fournisseurs vous donneront une idée précise et en général juste du volume à prévoir, ils sont également nombreux à reprendre ce qui n’a pas été bu, ce qui incite à l’honnêteté. C’est à vérifier bien sûr, mais jusqu’ici, personne ne nous a poussé à la consommation, on a plutôt modéré nos ardeurs (enfin, les miennes !) (Mais nous, on s’en fiche, s’il en reste, ce sera pour les jours suivants !).

En ce qui nous concerne, nous attendons pour l’instant 89 adultes et une bonne vingtaine d’enfant. Les principes qui nous guident sont très proches de ceux de notre ancien groupement d’achat. Nous avons choisi de ne pas chercher à faire baisser les prix (même si on accepte les ristournes !) mais de privilégier les démarches qui nous plaisent : bio, locales, artisanales … Nous ne cherchons pas l’exemplarité ou la perfection, mais à valoriser et soutenir des initiatives qui nous semblent élégantes.

Nous commanderons du vin rouge (et du jus de raisin) labellisé bio à un producteur que nous avons découvert grâce à notre nouveau groupement d’achat. 24€ les 5 litres de vin, donc une centaine d’euros pour nos 20 litres de vin rouge. Il faudra prévoir des carafes, le vin étant livré en bib’ !

Nous avons acheté le vin du Jura (blanc) dans une boutique chère à mon cœur puisqu’il s’agit du domaine Pignier, dans la cave duquel ma famille, à la génération précédente, avait l’habitude de fêter certains évènements – ce qui en dit long sur le cœur de ces gens, car « on » (je n’étais pas née cela dit) n’avait pas un sou vaillant (déjà) à l’époque ! Ils sont labellisés en biodynamie, et sont vignerons indépendants. le conseil est excellent et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils ne poussent pas à la vente ! Nous avons pris 12 bouteilles de Chartreux de 2006 (11 € la bouteille de 75 cl) et le même volume de Percenette de 2008 (13€), et avec une remise nous arrivons à 250 € pour 24 litres. Oui, j’adore le vin blanc … du Jura bien sûr !

En ce qui concerne le champagne, nous sommes partis pour 45 litres pour 990 euros. Il s’agit de la cuvée émeraude tout à fait exceptionnelle, testée et approuvée, en biodynamie, livrée et garantie sans mal de crâne. Mais … pas donnée, comme vous pouvez le constater. Du coup, le chèque n’est pas encore parti !

Voilà, ce qui nous fait un budget pour les vins et le champagne de … 1340€ ! (si nous buvons tout, ce qui est loin d’être sûr !)

Pour nous aider, le site des bouchons bio, qui répertorie les vins labellisés « bio », région par région. Cependant, ne perdons pas de vue que la certification en bio coûte cher, et que certains agriculteurs choisissent de se passer du label alors même qu’ils ont des méthodes aussi écologiques ! Pour cela, une seule solution, puisqu’ils ne peuvent se réclamer « bio », même s’ils le sont dans les faits, sans payer cette certification : connaître le domaine et le vigneron. N’oublions pas non plus que la vigne est en France le domaine agricole qui utilise le plus de pesticides …  choisissons donc en toute conscience pour mieux déguster !

——————–

Les droits d’auteur s’appliquent à toute œuvre de l’esprit, quels qu’en soient le genre, la forme d’expression, le mérite ou la destination. Les photos ou extraits d’œuvres d’autres auteurs publiés sont sous licence Creatives Commons, ou entrent dans le cadre du droit de citation.

Tout lecteur de ce blog doit en respecter les droits de propriété intellectuelle. Il doit notamment veiller à ne pas reproduire et diffuser les articles et contributions publiées sur ce blog sur des supports payants sans l’accord de l’auteur. Tout lecteur peut néanmoins reproduire le contenu de ce blog à des fins de consultations privées ou reproduire et diffuser de courts extraits d’un article sur des supports gratuits (blogs, forums notamment) en citant « Envie de mai, enviedemai.wordpress.com » et l’auteur (sous son nom réel ou pseudonyme) de l’article ou du message.

Le prix d’un mariage écolo : le repas

Suite d’un modeste dossier comparatif commencé ici avec la robe de mariée.

Il s’agit donc (je me répète), d’un comparatif triple, entre le budget moyen d’un mariage (d’après ce dossier publié sur le site Le Journal des femmes,) le budget de notre mariage, et enfin celui d’un mariage un peu plus classique mais toujours écologique, en partant sur une base d’une centaine de personnes.

Évidemment, ce ne pourra être qu’une proposition, à considérer parmi d’autres, car un mariage, écolo ou non, peut coûter de presque rien à presque tout, selon le nombre d’invités, le « standing » (quel vilain mot) … D’ailleurs Jerôme Desmas part sur un budget calculé selon des moyennes (12000 € pour un mariage).

Image sous licence Creative Commons, issue de la galerie de Petit Plat ! (clic pour visiter)

 

Pour le repas, la moyenne compte, selon JDF, entre 2500 et 3000 pour une centaine d’invités. Cette addition ne concerne que le traiteur et ne tient donc pas compte du vin d’honneur et des vins ; de plus, souvent le dessert est payé à part.

Notre mariage sera évidemment très différent puisque nous demandons à nos invités d’amener eux-mêmes des plats (un sucré, un salé) à partager. Nous nous occuperons des boissons et des mises-en-bouche. Une fois encore, je n’ai pas de tarif à vous soumettre, ou plutôt celui-ci est égal à zéro. Nous espérons que ce partage (auberge espagnole ou buffet québécois, selon les régions) crée de la convivialité, on pense donc à créer des étiquettes ou « marque-plats » pour que chaque cuisinier y note son nom et quelques mots sur son met (notamment pour les plats végétariens et les spécialités régionales). Et pourquoi pas organiser un mini-concours ? Je me souviens d’une dégustation de soupes dans un festival qui nous avait incité à faire connaissance avec d’autres gourmands …

D’autres alternatives. Et si l’on tient à offrir un repas à ses invités ? Il existe des traiteurs biologiques, d’autres (ou les mêmes !) engagés dans des démarches localistes, de redécouverte des fruits et légumes oubliés, de mise en valeur des « mauvaises herbes »  et des petits producteurs … et qui ne sont pas forcément très chers ! Une prestation de type « repas assis simple » (entrée, plat et dessert en assiette individuelle) se trouve à 1200€ pour 100 personnes, sans le service. (Par exemple, l’Appétit des possibles, pour les chanceux Toulousains.) Terra Via propose aussi des apéritifs dînatoires, vins compris, en buffet, à 15 € par personne, soit 1500 € pour notre centaine d’invités !

C’est sûr, ces menus plutôt simples changent des plus traditionnels, avec trois plats, entrée au fois gras et transition glacée pour arriver encore à caler quelque chose par dessus … mais est-ce vraiment un mal ? Bien mises en valeur par le thème choisi et la décoration, ces alternatives savoureuses peuvent aussi être très chics ! (comme dirait mon minuscule futur beau-frère de 7 ans)

Table Set Up, photo de KenaSiu, on clique pour visiter sa galerie !

Bien sûr, il faut que de  tels traiteurs existent là où vous vous mariez (certains proposent de se déplacer, mais le coût n’est pas négligeable, et puis il est important de soutenir les alternatives locales … et éventuellement de les influencer, simplement en faisant connaître votre demande, c’est une des raisons pour lesquelles je pense que s’il faut choisir, le local est préférable au bio). Selon le nombre de convives, on peut aussi penser à la solution du restaurant, il suffit alors de trouver celui qui correspond à vos valeurs … ou à certaines d’entre elles ! Je laisse la parole à Petit Poison, qui a trouvé son bonheur dans la souplesse : « A force de chercher, on est tombés sur un restaurant-gîte avec une salle suffisamment grande. Un bon point, car on souhaitait que tous les invités dorment sur place (en tout cas sans prendre de voiture.) Pari gagné, on a 56 couchages dans l’établissement, 8 à 16 à coté, encore 6 dans le village, et un terrain de camping ! :D [pas mal pour éviter les transports, et pour faire la fête l’esprit libre !] Là où on s’est vraiment décidés, c’est que la chef n’utilise que des produits de saison et très locaux. Pas bio, il est vrai. Mais ça nous a paru déjà très bien, surtout que c’était pile dans nos choix esthétiques, dans nos prix, pas trop loin… » Et le prix ? Pour cet exemple, 32 € par convive, repas et dessert inclus, donc 3200 € pour 100 personnes (je suis forte en calcul ;)) mais cela peut  varier … quel est le prix de votre menu préféré dans votre restaurant favori ?

Et surtout … régalez-vous !

——————–

Les droits d’auteur s’appliquent à toute œuvre de l’esprit, quels qu’en soient le genre, la forme d’expression, le mérite ou la destination. Les photos ou extraits d’œuvres d’autres auteurs publiés sont sous licence Creatives Commons, ou entrent dans le cadre du droit de citation.

Tout lecteur de ce blog doit en respecter les droits de propriété intellectuelle. Il doit notamment veiller à ne pas reproduire et diffuser les articles et contributions publiées sur ce blog sur des supports payants sans l’accord de l’auteur. Tout lecteur peut néanmoins reproduire le contenu de ce blog à des fins de consultations privées ou reproduire et diffuser de courts extraits d’un article sur des supports gratuits (blogs, forums notamment) en citant « Envie de mai, enviedemai.wordpress.com » et l’auteur (sous son nom réel ou pseudonyme) de l’article ou du message.