Adieu (sur quelques inspirations)

C’est à cause que tout doit finir que tout est si beau.
Charles-Ferdinand Ramuz

Il est temps, chers lecteurs, d’officialiser la fin de ce blog.

Si je suis toujours passionnée par les cérémonies et les rituels non religieux, si je pense beaucoup à la fête de naissance (ou de baptême laïc) de notre fille, si d’ici quelques jours maintenant j’aurai la grande chance de vivre un rituel de préparation à l’accouchement, il faut bien avouer que je n’ai plus l’inspiration suffisante pour nourrir ce lieu.

La blogosphère francophone s’est joliment étoffée depuis que j’ai ouvert ce blog, y compris en ce qui concerne les cérémonies laïques, et dans une moindre mesure, les mariages écologiques et participatifs (vous avez des liens ad hoc dans la colonne de droite !)

Je ne supprimerai pas ce blog (accro que je suis aux beaux mails reçus) mais je vous laisse … sur quelques inspirations trouvées sur des blogs qui ne sont pas « de mariage » (et que vous pourriez donc louper !)

Une déclaration qui résonne avec nos vœux ;

Une cérémonie d’union entre deux hommes qui m’a beaucoup touchée ;

Le récit d’un mariage républicain avec supplément d’âme, d’amour et d’amitié, par l’ange gardien et par la mariée.

Très bon vent à tous et à toutes, belles vies, belles cérémonies, que tout cela vous ressemble !

Le véritable but

est la poésie de la vie, de vivre dans l’exaltation de soi, dans l’exaltation de l’amitié, de la fête, de la communauté. Edgar Morin

Je vois bien cette citation incorporée à l’introduction d’une cérémonie laïque, ce moment un peu particulier où quelqu’un (souvent le maître de cérémonie, parfois les mariés) explique aux invités pourquoi ils sont là et ce qui va se passer.

Autre version, toujours par Edgar Morin :

L’important est de connaître le problème humain fondamental. Nous avons longtemps cru que c’était le bonheur. Or le bonheur est fragile, éphémère. Que disparaisse un être aimé et notre bonheur se meurt. Le véritable but, à mon sens, est la poésie de la vie. Il ne s’agit pas de lire des poèmes, aussi magnifiques soient-ils. Mais de vivre dans l’exaltation de soi, dans l’exaltation de l’amitié, de la fête, de la communauté.

Gling-Glo : musique pour baptême ou mariage

A la recherche de musique pour un baptême laïc (mieux vaut tôt que jamais !), je redécouvre le superbe album de Björk, Gling-Glo.

J’ai toujours associé le titre éponyme, et qui ouvre l’album, au monde de l’enfance. Il commence comme une berceuse, et continue comme une « réveilleuse » !

Or pour moi, il est impensable de choisir une musique de cérémonie sans avoir une idée des paroles. Les avis divergent (ça fait beaucoup) à ce sujet, mais personnellement, et même dans une langue étrangère, je ne choisirais pas une musique d’entrée qui parle de rupture, ou du massacre des civils iraniens. Même si la mélodie est jolie, yep. Surtout que la bonne moitié de l’assistance comprend l’anglais !

En islandais, je prends moins de risques, direz-vous, mais je suis têtue, pas envie de découvrir dans dix ans qu’on a souhaité la bienvenue à la petite bête dans ce monde de dingues sur une chanson pro-avortement (je suis pour le droit à l’avortement, ne confondons pas tout).

Donc j’ai appris l’islandais trouvé la traduction de Gling-Glo, et devinez quoi ? En fait, cette chanson parle … d’une demande en mariage !

Tic toc faisait la pendule
La lune souriait au-dessus des nuages
Éclairant le vieux chemin
Où Lina se tenait, joyeuse

Tic toc faisait la pendule
La lune souriait au-dessus des nuages
Lasi parti de Leiti s’en allait rejoindre
Lina qui l’attendait

La lune est chère au cœur des amoureux
Elle les inonde de sa lumière magique
Lasi portait sa culotte de soupirant
Bientôt lui parvint la réponse de Lina

Tic toc, faisait la pendule
La lune souriait au-dessus des nuages
Lasi arborait un sourire heureux
Car Lina répondit « oui ».

J’adore la façon totalement jouissive dont Björk chante le dernier vers, et notamment le « Ja ». (L’ensemble des paroles est répété.)

Du coup, je trouve que cette chanson peut aussi coller pour une cérémonie laïque …. de mariage. Pour la fin de cérémonie ce moment festif de la « sortie » des mariés et des embrassades, ou même au début, pour l’installation des invités ou une arrivée des mariés plus joyeuse que solennelle.

Une chanson sur l’amour et la simplicité

Dès qu’il a été question de mariage entre l’homme qui passe ses exams et moi, et même avant à vrai dire, j’ai pensé à cette chanson.

Ou plutôt : dès la première fois où j’ai entendu cette chanson, je me suis dit qu’elle nous correspondait tout à fait, à tous les deux, et à notre vision du couple et de l’avenir. Nos valeurs de simplicité et d’écologie y sont évoquées sans grand discours, ni dénonciation-des-méchants-qui-pensent-pas-comme-nous.

Problème :  Je ne suis pas fan de la musique (du « refrain » en fait), au point que je n’en ai même pas parlé à mon fiancé.

Si j’avais soumis mon problème à Uhu, elle l’aurait résolu en un clin d’oeil : et pourquoi lire, ou faire lire les paroles de la chanson ? De préférence à deux voix, pour garder le texte vivant ! Autre avantage, on peut adapter, couper les passages qui nous dérangent, ou écourter.

« Ma » Chanson ? Curieux, va !

Je suis bien, de K, dans l’album L’amour dans la rue

Je crois qu’on aura des enfants
des petits rois heureux,
des serviteurs du vent …
Je crois qu’on aura une vie,
encore plus belle que
celle qui nous donne envie
je suis bien.

Je crois qu’on aura une maison
avec des animaux
et des fruits de saison.
Je crois qu’on aura des amis
avec des idéaux
qu’on vivra jour et nuit.

Je crois qu’on aura des voyages
que j’entendrai ta voix parler mille langages …
Je crois qu’on aura des rivières
qu’on se laissera glisser jusqu’à la mer

Je crois en nous
et tant pis pour les réalistes
qui nous traitent de fous
ou de pauvres idéalistes
je suis bien.

Je crois qu’on aura des sourires
à redonner à la joie
à qui voudrait mourir.
Je crois qu’on aura de l’argent
sans jamais pour cela
devoir vendre son temps

Je crois qu’on aura du soleil
de longues pluies de joie
de la paix à la pelle
je crois que la fidélité
entre nous gardera
ce goût de liberté.

Je crois en nous
et tant pis pour les réalistes
qui nous traitent de fous
de pauvres idéalistes
je suis bien.

Je crois qu’on ne va pas mourir
juste fermer les yeux
et ne pas revenir
je crois que si l’un de nous reste
l’autre sera un peu
dans tout ce qui caresse …

Je crois surtout que ce qui m’emporte vraiment
plus que tout ce futur
où je me vois en souriant
c’est là sans que j’y fasse rien
cette sensation sûre
meilleure que mille lendemains
où je suis bien
où je suis bien
où je suis bien

Quelques citations amoureuses …

Nul n’est besoin, lors d’une cérémonie laïque, de lire uniquement de longs textes ! Si vous le souhaitez, de simples citations, choisies précieusement, comme les perles d’un collier, peuvent aussi bien exprimer vos pensées …

Nous en avions retenues quelques-unes, que je voulais pour ma part utiliser comme décorations (sur des rubans). Je ne suis pas allée au bout de mon idée, mais je vous propose quelques citations, retenues à l’époque ou découvertes depuis !

Lors d’une cérémonie laïque, une suite de citations peut se lire à plusieurs voix, afin d’insuffler plus de rythme et de vitalité à la lecture, et aussi de faire participer plusieurs êtres chers …

L’amour, c’est l’occasion unique de mûrir, de prendre forme, de devenir soi-même un monde, pour l’amour de l’être aimé. (Rilke)

Sans ses cheveux qui volent J’aurais dorénavant Des difficultés folles A voir d’où vient le vent (Brassens)

Dans la plus amoureuse étreinte, c’est un être libre que nous étreignons, avec tous ses possibles, même ceux qui nous échappent. (Garaudy)

« Infiniment plus que tout » : c’est le nom enfantin de l’amour, son petit nom, son nom secret. (Christian Bobin)

Ne te courbe que pour aimer. (René Char) Et, du même : Je ne puis être et ne veux vivre que dans l’espace et dans la liberté de mon amour.

L’éternelle chanson

Aujourd’hui, juste un texte, que j’ai découvert récemment et que j’aime bien. Avec mon amoureux nous nous imaginons souvent, petits vieux nous tenant toujours par la main … il aime m’imaginer avec des cheveux gris. Il me permet d’apprivoiser l’idée de vieillir.

Il faut dire que les deux couples de mes grands-parents maternels et des siens étaient exceptionnels, et qu’ils nous inspirent. Des gens de cette génération qui se sont réellement choisis, et rechoisis encore pendant des décennies, c’est assez rare … Grandir ensemble, et un jour vieillir ensemble. Amoureux.

L’éternelle chanson, de Rosemonde Gérard

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
Au mois de mai, dans le jardin qui s’ensoleille,
Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.
Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,
Nous nous croirons encore de jeunes amoureux,
Et je te sourirai tout en branlant la tête,
Et nous ferons un couple adorable de vieux.
Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
Avec de petits yeux attendris et brillants,
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

Sur notre banc ami, tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d’autrefois nous reviendrons causer,
Nous aurons une joie attendrie et très douce,
La phrase finissant toujours par un baiser.
Combien de fois jadis j’ai pu dire  » Je t’aime  » ?
Alors avec grand soin nous le recompterons.
Nous nous ressouviendrons de mille choses, même
De petits riens exquis dont nous radoterons.
Un rayon descendra, d’une caresse douce,
Parmi nos cheveux blancs, tout rose, se poser,
Quand sur notre vieux banc tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d’autrefois nous reviendrons causer.

Et comme chaque jour je t’aime davantage,
Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain,
Qu’importeront alors les rides du visage ?
Mon amour se fera plus grave – et serein.
Songe que tous les jours des souvenirs s’entassent,
Mes souvenirs à moi seront aussi les tiens.
Ces communs souvenirs toujours plus nous enlacent
Et sans cesse entre nous tissent d’autres liens.
C’est vrai, nous serons vieux, très vieux, faiblis par l’âge,
Mais plus fort chaque jour je serrerai ta main
Car vois-tu chaque jour je t’aime davantage,
Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain.

Et de ce cher amour qui passe comme un rêve,
Je veux tout conserver dans le fond de mon coeur,
Retenir s’il se peut l’impression trop brève
Pour la ressavourer plus tard avec lenteur.
J’enfouis tout ce qui vient de lui comme un avare,
Thésaurisant avec ardeur pour mes vieux jours ;
Je serai riche alors d’une richesse rare
J’aurai gardé tout l’or de mes jeunes amours !
Ainsi de ce passé de bonheur qui s’achève,
Ma mémoire parfois me rendra la douceur ;
Et de ce cher amour qui passe comme un rêve
J’aurai tout conservé dans le fond de mon coeur.

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
Au mois de mai, dans le jardin qui s’ensoleille,
Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.
Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,
Nous nous croirons encore aux jours heureux d’antan,
Et je te sourirai tout en branlant la tête
Et tu me parleras d’amour en chevrotant.
Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
Avec de petits yeux attendris et brillants,
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

Cérémonie laïque : les voeux, Conversation amoureuse de Jacques Lusseyran

C’était le texte qui faisait la transition entre les déclarations et les voeux.

L’Homme qui danse et moi ne voulions pas nous marier en nous rencontrant, lui parce qu’il « n’avait pas besoin d’un bout de papier pour savoir qu’il aimait quelqu’un » (à peu près sic), moi parce que je ne croyais plus pouvoir dire « toujours ».

On partage tous les deux l’idée que dans la vie, tout est en mouvement, que les promesses ne sont jamais que des promesses de faire de son mieux, et qu’aucun serment n’est une garantie.

Il était important pour nous d’expliciter tout ça avant de nous engager … et nous avons donc choisi cet extrait de Conversation amoureuse de Jacques Lusseyran. D’abord parce qu’il nous parle de tout cela, et aussi parce que c’est un auteur important pour moi.

Aussi ne te dirais-je jamais que je t’aimerai toujours. Je n’en sais rien. Je te dis qu’aujourd’hui je le désire. Cette permission, cette occasion de vivre dans l’amour l’un par l’autre, je souhaite qu’elles durent. Elles vont durer si nous ne pensons jamais à elles comme à un droit. En m’aimant, tu ne m’as donné aucun droit, si ce n’est celui de la surprise. Je t’appellerai encore souvent « mon amour ». Mais ce sera le « mon » de l’émerveillement. Cela voudra dire : « Comme il est bon que tu veuilles encore rester ! » Et tu resteras en effet, je sais bien que tu resteras, aussi longtemps que nous préfèrerons l’amour qui te traverse et me traverse à tout ce que nous en faisons.

PS : Toujours pas d’Internet à la maison, je suis venue en avance au boulot pour « boucler » un peu tout cela !