Un mariage au village de son enfance

Voici un mail que la belle Lizly m’a envoyé … Précédé de  « Je survole (enfin, pas tant que ça puisque je suis en train de remonter article par article depuis le début. hum) ton blog de mariage et je repense aux derniers mariages auxquels j’ai assistés au village.  » Je lis le texte, je souris les yeux mouillés, et je lui demande aussitôt la permission de le publier ici. Considérez donc  ce qui suit comme un cadeau de Lizly que je remercie !

Mon village, il s’appelle à Seggiano.

Et quand tu te maries à Seggiano, tout le monde est invité d’office, sinon, tu trouves une autre église et/ou mairie, y’en a plein la vallée après tout.

Quand tu te maries à Seggiano, y a toujours quelqu’un pour te prêter un terrain, tout le monde a des propriétés un peu partout qui ne sont pas constructibles. Alors peut-être qu’il faudra faire un peu de débroussaillage mais si tu es sympa avec Pierre et que tu l’aides à monter la clôture provisoire, il laissera peut-être les chèvres quelques jours sur place histoire qu’elles te fassent le gros du boulot.

Quand tu te maries à Seggiano, il y a toujours quelqu’un pour te fournir le son et la lumière. Parce qu’il faut savoir que Seggiano génère une très forte concentration d’intermittents du spectacle et qu’entre ceux dont c’est le boulot et ceux qui connaissent quelqu’un qui connait quelqu’un, on te monte une sono qui ferait blêmir AC/DC et on fait se lever le jour au milieu de la nuit si nécessaire.

Quand tu te maries à Seggiano, y a Valdo qui te fait une piste de danse qu’il débitera en petit bout plus tard pour son boulot, ça aussi c’est écolo.

Quand tu te maries à Seggiano, y a tellement de portes ouvertes que tu peux inviter la planète entière pour qu’elle dorme sur place.

Quand tu te maries à Seggiano, tu préviens Medhi et lui, il choisit 2 ou 3 cochons pour nourrir tous les invités. Et en plus, Medhi, tant que tu gardes son verre plein, il te les cuisine sur place, entiers, à la broche, parce que les autres, ils savent que brûler la viande ou te la servir crue (c’est lui qui le dit !).

Quand tu te maries à Seggiano, tu demandes gentiment à Suzanne et tu peux emprunter les tables et les chaises du comité des fêtes.

Quand tu te maries à Seggiano, tu organises pas le covoiturage, il se fait de lui-même…

Quand tu te maries à Seggiano, tu demandes de pas faire de cadeau mais y a toujours quelqu’un pour fabriquer une tirelire énorme avec une forme idiote dans laquelle tu trouveras à la fin de la fête des chèques, des espèces, des enveloppes, mais aussi, pourquoi pas, des dessins, des petits mots ou un paquet de capotes…

Quand tu annonces que tu te maries à Seggiano, on te demande directement ce qu’il faut apporter à manger.

Quand tu te maries à Seggiano, tu demandes à quelqu’un de monter le pain en passant dans le fond de la vallée, à l’artisan du coin. Un pain pour 15 à 20 invités parce que chaque pain fait 1 mètre de long.

Quand tu te maries à Seggiano, tu passes à l’atelier et tu leurs demandes s’ils ont toujours les ratapinhatas (chauve souris) en carton avec les flèches pour indiquer la direction des cagadou (besoin d’une traduction ?)

Quand tu te maries à Seggiano, tu sais que tu vas recevoir assez de photos pour remplir 47 albums de 100 alors tu te fais pas trop de soucis à ce sujet. Quand tu te maries à Seggiano, tu traînes pas une robe de princesse dans les herbes folles et les galets mais tu es bien plus belle.

Jasso Wedding, Galerie de bambibabe48

Quand tu te maries à Seggiano, tu t’attends toujours à ce qu’il y ait un local qui sorte une connerie au moment où tu vas dire « oui » mais personne ne dit rien parce qu’on aime se marrer mais on sait aussi quand il faut s’arrêter. Quand tu te maries à Seggiano, il faut ouvrir la fenêtre de la toute petite mairie pour que de dehors, on sache quand il faut applaudir.

Quand tu te maries à Seggiano, il faut faire attention en sortant de la mairie aussi parce qu’il ne pleut pas que du riz, mais jamais rien qui tache, c’est promis.

Quand tu te maries à Seggiano, ça se termine toujours par des chansons en occitan.

Quand tu te maries à Seggiano, tu as intérêt à prévenir les gens qui ne sont pas du coin, parce que ça surprend.

 

 

Enfin, des fois, il y a des gens qui se marient à Seggiano mais on sait pas vraiment qui c’est.

Puis ils ont loué le gîte pour faire la fête, sur le grand terrain bien plat devant. Puis ils ont un DJ, avec des disques modernes et tout.

Puis ils sont tout une enfilade de voitures, c’est à se demander s’il y en a pas qui se conduisent toutes seules.

Puis on fait tourner les serviettes, à la queu leu leu, en dansant en canard. Et on ne sait pas que « sien dei bravi gens / et sien toujou content ! »

M’enfin, ces mariages là…

9 réflexions au sujet de « Un mariage au village de son enfance »

  1. Bien sûr, ces superbes ces mariages participatifs où tout le village est là et file un coup de main. Très émouvant, très touchant.

    Mais est-ce que c’est de ta faute si toi tu vis en ville, où l’adjoint au maire expédie la cérémonie et que néanmoins tu as envie de faire une belle fête, ailleurs qu’au resto hors de prix ou dans une salle des fêtes au milieu de la zone industrielle… A la maison ça aurait été sympa, mais le T3 de 58 m² aurait limité le nombre d’invités à 15. Et donc tu t’exiles à Seggiano ou ailleurs, dans un village dont tu n’es pas mais où tous ceux que tu aimes seront là, et qui du coup, pour un soir, sera ton village à toi.

    Alors certes, la sono tu auras du la payer, et le DJ qui va avec, pasque tes amis ils ne sont pas intermittents du spectacle (ils sont informaticiens mais néanmoins très sympas). Tu auras loué un gîte, pasque forcément tu vas pas t’incruster chez quelqu’un du village que tu ne connais pas, même si son champ t’aurais peut-être plu quand même. Tu auras on l’espère le bon goût de ne pas faire tourner les serviettes, mais quand bien même tu le ferais…

    On fait les mariages qu’on peut, on y mets son âme mais parfois ce n’est tout simplement pas possible de faire un mariage champêtre participatif. ça n’empêche pas qu’on s’aime, si ? ça ne veut pas dire que son mariage vaut moins que le mariage villageois si charmant ?

    Je m’insurge un peu contre cette tendance à décrier les mariages plus classiques… Ce qui n’empêche que j’adorerais être invitée à un mariage à Seggianno !

    • Salut Uhu pas-contente !

      En mettant le texte de Lizly sur ce blog (qui était un mail au départ), j’ai hésité à laisser le dernier bloc, justement pour son côté critique. Je l’ai laissé parce que je suis kamikaze, et que je n’aime pas couper un texte. C’est la vision de Lizly qui dit qu’elle ne se reconnaît pas dans ces mariages-là …

      Tu connais, je pense, mon avis : on fait comme on veut, et comme on peut, le principal pour moi étant de ne pas s’obliger à des trucs pas obligatoires mais qui se font (l’église en est un bel exemple, quand elle n’est pas vraiment choisie). Et un mariage réussi à mes yeux, c’est un mariage qui ressemble aux mariés, qu’il soit champêtre ou citadin, participatif ou pas …

      Tu parles d’une tendance à décrier les mariages plus classiques : à part à la fin de ce texte, où as-tu vu ça ? Pas ici j’espère, parce que ce n’est vraiment pas mon opinion profonde. D’ailleurs tu peux le lire ici : https://enviedemai.wordpress.com/2010/10/15/tous-mes-voeux-a-claire/

      Quant à nous, on s’est mariés dans un village où on venait d’arriver (depuis quelques mois), pas dans notre village d’enfance … donc pas si loin de la situation que tu décris il me semble. Ça ne nous a pas empêché d’avoir le choix sur un certain nombre de points. Je pense qu’on peut faire « participatif », si on en a envie, sur plein de points et dans plein de situations, y compris pas celle, quasi idéale, décrite par Lizly.

      En tous cas merci de ton commentaire, ça me permet de mettre au point quelque chose qui me turlupinait.

      • Non, t’inquiète, je ne parlais pas de ton blog. Je sais bien que ce n’est pas ton genre.

        Mais il y a une tendance très agaçante sur les blogs de mariage où si tu as le malheur d’avoir une robe bustier, un chignon pas à moitié défait, une salle des fêtes ou une pièce montée avec des choux à la crème tu es la dernière des crétines. Et ça m’énerve !!! Du coup, c’est tombé sur les dernières lignes de ce texte par ailleurs très beau.

        J’ai déjà braillé un coup sur le forum, mais je poursuis ma démarche de sensibilisation « Mariez-vous comme il vous plaît » (et donc en Mai, fais ce qu’il te plait😉 )

        • Je trouve qu’il te va bien ton gravatar aléatoire😉

          Je vais chercher où tu as braillé sur le forum, parce que j’ai l’impression qu’on dit un peu la même chose (et nous on a fait l’anti-mariage chic, avec des nappes en papier hein …)

          • Uhu, comme l’a précisé Enviedemai, à la base, ce texte était un mail. Je l’ai écrit comme j’écris nos échanges, sachant qu’on commence à plutôt bien se connaître et qu’on sait chacune plus ou moins comment pense l’autre. Et elle connait le brin de nostalgie qui me travaille en ce moment sur la vie que j’avais à Seggiano et que je n’ai plus puisque je n’y habite plus.

            Quand elle m’a proposé de publier mon mail sur son blog, j’ai décidé de ne pas le retravailler, préférant garder la spontanéité de mon premier jet. Si j’avais écrit pour être publiée, j’aurais formulé conclu différemment mon texte.

            Après, je ne suis pas mariée, je n’ai pas eu à faire de choix pour mon mariage, et je ne m’aventurerais pas à juger qui que ce soit sur cette question.

  2. Ping : « Admets que ton mariage ne fait pas rêver !  « Envie de mai

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s