Cérémonie laïque : Remerciements et évocation

Il est d’usage de placer dans une cérémonie, les remerciements aux présents, et l’évocation des absents à deux moments distincts. Nous n’avons pas suivi de « Il faut » sur ce coup-là, mais nous tenions à le faire, et nous l’avons fait au même moment, et par à même texte.

L’usage veut plus précisément qu’on évoque les souvenir des morts de la famille de l’année. Nous n’avons pas suivi ce il-faut là.

Un texte que j’ai introduit comme nous l’avons compris : vivre la joie et la peine, se construire avec l’amour des morts et des vivants, de ceux qui sont là et de sont qui ne sont plus là, remercier donc pour l’amour reçu et donné par ceux qui sont présents et ceux qui nous ont quitté, ne pas séparer l’un et l’autre, ne pas oublier le chagrin pour célébrer la joie mais l’inclure dans le chemin qui nous a mené à ce moment.

« Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos cœurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge. »

Christian Bobin, La folle allure

C’était un moment difficile, auquel je ne m’étais pas assez préparé. Je m’attendais à mon émotion, mais pas à celle de ma famille (pourtant logiques), les voir en larmes m’a déstabilisée. Pensez-y.

C’était aussi une lecture difficile pour le récitant, car il intervenait à un moment particulier, en soutien de ce que je venais de dire en quelque sorte, et il fallait le pouvoir. Nous avons d’ailleurs trouvé le récitant final la veille du mariage.

D’où mon conseil : si vous avez des textes et que vous souhaitez les faire lire par des invités, dites leur quelques semaines auparavant, qu’ils puissent poser les questions qu’ils veulent, se les approprier, les comprendre, s’imaginer les dire. Dites-leur aussi ce qui sera dit (par vous ou la personne célébrant la cérémonie) pour accompagner ce texte, comment vous les voyez. Le récitant peut légitimement refuser de lire tout court ou de lire un texte en particulier. Ça nous a pris par surprise, mais nous avons eu les deux cas, d’où un remue-ménage un peu stressant la veille du mariage.

Et sans déflorer le moment (de toutes façons, c’est impossible), pensez aux réactions que les mots choisis vont susciter, voyez si vous êtes à l’aise avec cela, et préparez-vous.

Pour finir en douceur et en lumière ... Galerie de Insert Photographer Here

Publicités

9 réflexions au sujet de « Cérémonie laïque : Remerciements et évocation »

  1. Je continue à me demander comment nous aurions pu faire pour que tu puisses « reprendre pied » plus vite à ce moment-là…Mais je pense qu’il n’y avait pas de solution. Et puis c’était un beau moment aussi, parce que ton texte était superbe, celui que tu as dit, les mots que tu as prononcés.
    Je t’embrasse 🙂

  2. Je t’avoue que j’ai eu les larmes aux yeux rien qu’en lisant le post, alors ça me donne une idée des émotions présentes à ce moment.
    Je me rends compte à quel point un mariage  » classique  » comme le mien ( mariage à la mairie) sans autre forme de cérémonie, passe à côté de beaucoup de moments de partage, joyeux ou plus tristes.

  3. Merci !

    Floh, peut-être en en parlant avec ma famille. Il n’y avait rien que tu puisses faire toi va 😉

    Adeline, qui sait ce que l’avenir te réserve ? (non que je te souhaite un remariage, mais un renouvellement de voeux … pourquoi pas ?) Et puis le partage passe par tellement de choses : la musique, le repas …

    Mademoiselle Dentelle : M’étonne pas de toi (pour le peu que j’en perçois)

  4. Un renouvellement des voeux me semble une super idée car je suis très heureuse avec mon mari (je le garde ! ) mais avec le recul, je me rends compte que le partage est quelque chose de très important pour moi, qu’il a manqué le jour de mariage, par la suite aussi.
    C’est un besoin bien présent que je peux combler maintenant et aussi dans l’avenir.
    C’est ça qui est génial dans la mariage, c’est qu’on grandit chacun de notre côté et aussi en tant que couple.

  5. Ma voix s’est brisée à plusieurs reprises lors de notre mariage, dès la 1ere phrase même, pourtant le texte n’avait rien de particulièrement émouvant ! Mamoureux à buté sur ses voeux, alors je l’ai éventé avec mon livret et j’ai fait les gros yeux à l’assistance, ils ont ri, c’etait sympa 🙂
    Ce jour là on m’a dit que j’avais une voix radiophonique, j’ai été flattée ! Moi qu’on appelle toujours Monsieur au téléphone, quel soulagement !

  6. Sujet épineux s’il en est … Je souhaiterais évoquer certains absents, l’Homme Chocolat n’y tient pas (et à dire vrai, ils sont plus de « son » coté de la famille)

    En tout cas, votre texte me fait entrevoir la possibilité de le faire à mi-mots, sans nommer ces personnes. Je crois qu’il est important, même si nous ne le faisons pas, qu’il comprenne pourquoi cela me tient à cœur. Peut-être que cette « formule » lui conviendra finalement, et que tu/vous ser(a/ez) à l’origine d’un des moments les plus significatifs … (Parce que je n’aurai pas trouvé le courage d’en reparler, je crois. Il a une façon bien à lui d’intérioriser ses peines, et je ne sais parfois pas où terminent le respect et la compassion, et jusqu’où je peux proposer de partager son chagrin.)

  7. Adeline : Tu ferais pas de la CNV toi par hasard ?

    Lilou : Oui, nous aussi il y a eu des moments rigolos … l’envoi d’un paquet de mouchoirs de main en main pour les invités aux joues mouillées … Moi qui, perturbée au delà des mots par la déclaration de l’homme qui prétendait pas savoir écrire, ait à moitié zappé la mienne … l’ordi qui a fait un joli bruit de « sortie de veille » au milieu d’un discours !

    Petit poison, copine d’insomnie (j’t’envoie de la tisane ?) : Je pense que le mi-mots, le fait de citer un texte, de parler de son histoire perso, c’est peut etre plus « facile » en effet … Nous avons choisi une façon de faire plus confrontante (dans le texte que j’ai écrit) et c’était un moment dur finalement, je ne le recommande pas, même si chaque évènement est différent.

  8. Ben alors là, tu ne pouvais pas me faire plus plaisir.

    oui ! je me suis initiée avec le livre il y a quelques années, et cela m’a beaucoup marqué.

    Tu es la première qui le remarque officiellement. Merci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s