Perdre 5 kilos avant son mariage

… c’est vraiment une idée à la con.

Attention, des traces de provocation peuvent subsister dans ce billet.

C’est Mademoiselle Dentelle qui m’a inspiré ce billet, avec ce texte-ci et celui-là. J’espère qu’elle sait que rien de ce que je dis ici n’est dirigé contre elle … surtout qu’au fond, on dit un peu la même chose.

Dans une autre vie, il y a quelques années, j’ai pensé à me marier. Dans cette autre vie, j’étais obsédée par mon poids. Pas une obsession réellement pathologique, et il est probable que nous n’ayez rien remarqué si vous m’aviez côtoyée à l’époque, pour la bonne raison que la plupart des filles de moins de trente ans sont obsédées de la même façon. La surveillance constante de ses formes est devenue une norme, à tel point que c’est celle qui se fiche des variations de son corps à qui on recommande de faire attention … Fatima Mernissi parle du « harem de la taille 38« , j’aurais dit 36 mais c’est un détail …

J’ai mis 15 ans et un électrochoc à faire le deuil du corps que j’avais à 12 ans. Parce que ce corps-là, c’est celui qu’on nous montre le plus souvent dans les magazines que je n’achète plus, sur les publicités qui s’imposent à ma vue. On s’imbibe en même temps du culte du corps, ferme mince pulpeux musclé hydraté épilé, et de la haine de notre corps, jamais assez mince pulpeux ferme musclé soyeux imberbe.

Je n’ai jamais été grosse, quoi que ce mot puisse vouloir dire, et depuis mes 13 ans je rêvais d’être plus mince (ce qui quand je vois les photos de l’époque veut dire maigre). Mon poids n’a bougé que d’un ou deux kilos pendant 10 ans, une fois atteint mes 168 cm, malgré des régimes débiles à répétition, l’arrêt et la reprise du sport. N’empêche que quand je pesais 59 kilos, je me sentais moche et coupable, et quand l’aiguille descendait à 57, je me trouvais jolie, quelle que soit ma tête dans la glace.

Un clic et vous êtes dans la galerie du photographe !

Leah : Life imitating art

Entre deux tailles de vêtements, je flottais toujours légèrement dans l’une et était serrée dans l’autre. Je prenais toujours la seconde. 13 ans à rentrer le ventre.

Et puis j’ai traversé deux crises de vie à trois ans d’intervalle. La première fois, j’ai perdu beaucoup de  poids, je ne sais combien, très vite et sans régime, que j’ai repris progressivement, sans m’en préoccuper. La seconde, j’ai perdu cinq kilos, je voulais me maintenir à ce poids, je sautais le repas d’avant la plage, je voulais même perdre quelques kilos de plus, profiter de ma « chance ».

J’ai repris dix kilos, et pour la première fois de ma vie, ma peau a marqué le coup. Et, comme je commençais à ouvrir les yeux sur toute cette dinguerie, j’ai décidé que ça suffisait. Que je ne ferais plus de régime. Que je ne ferais plus juste attention. Que j’allais vivre avec ce bidon que j’avais toujours trouvé disgracieux, que je ne perdais jamais même à mon poids le plus bas et que mes amoureux adoraient.

Après tout, quand j’étais petite, vraiment petite, je me fichais de tout ça, et j’étais dorée, musclée, mince et surtout pleine de vitalité. C’est quand j’ai voulu mincir que mon poids est devenu un problème, quand je me suis mise au soleil pour bronzer que j’ai alterné pâleur et coups de soleil, quand j’ai voulu me muscler que je me suis trouvée trop paresseuse pour le faire.

M’aimer, je ne peux m’y forcer, ni même m’y efforcer. Mais je peux arrêter de me maltraiter. Je peux mettre des vêtements à ma taille, ou un peu larges si cela me permet de mieux bouger, de mieux respirer. Je peux essayer de manger quand j’ai faim ou envie, de connaître mieux la nutrition et les besoins de mon corps. Je peux manger des fleurs parce que c’est bon aussi pour l’esprit. Je peux chercher à me connaître plutôt qu’à savoir réciter les x façons de perdre du poids et des tailles de pantalon.

Ça a pris deux ans. J’ai perdu – très lentement – les kilos gagnés, mais c’est accessoire : j’ai surtout appris à mieux vivre mon corps, à arrêter de le tenir à distance, de le contrôler, comme si lui et moi n’étions pas un/e.

Alors non, pas de régime pré-mariage pour moi. Juste une robe à ma taille !

13 réflexions au sujet de « Perdre 5 kilos avant son mariage »

  1. Grmpf… Moi j’ai « toujours » pesé 73kg pour mon mètre 83, ce qui m’allait bien. Et puis j’ai eu mon Crapaud et là… 2 ans après sa naissance je pèse 82 kg. Vu ma taille ce n’est pas _si_ dramatique, mais les kilos se logent évidemment là où c’est le le plus pénible, les cuisses, les hanches, le ventre, résultat, moi qui avait déjà du mal à trouver des pantalons à ma taille (genre taille fine mais bon popotin), là je galère encore +, coincée comme toi entre 2 tailles.
    Mais bon, je sais que pour le moment je suis un peu coincée (j’ai un truc aux hormones dans le corps qui bloque la perte de poids), j’aimerais perdre 5 kg au moins. J’espère quand même y arriver parce que physiquement ça me ferait du bien. Mais au bout du compte je ne me stresse plus trop avec ça.
    Pour mon mariage j’avais perdu un peu de poids, mais sans faire exprès, j’avais surtout retrouvé un ventre plat ce qui me ravissait car ma robe taille Empire serait moins bien tombée si j’avais eu un petit bidou🙂

    • Apparemment la plupart des femmes perdent du poids sans le vouloir à la veille du mariage … moi, je veux paaaaaaas !

      Ne stresse pas, tu es belle. Vrai de vrai. Et comme dit Mona Chollet « il est incomparablement plus important, y compris pour séduire, d’être capable de produire un texte comme celui-là que d’avoir un ventre plat » (elle parle de ton blog) (enfin elle pourrait)

      Ah, et aussi : est-ce que l’évolution de ton corps ne te plait vraiment pas, ou est-ce que c’est le décalage entre l’image résiduelle que tu as de toi et comme tu es aujourd’hui qui te gêne ? Moi, j’ai mis beaucoup de temps a aimé mon « nouveau » corps non parce qu’il n’est pas beau, mais simplement parce qu’il ne correspondait pas à l’idée que je m’en faisais.

      • rooo merci, 2 compliments en 1, je prends ! … Je me trouve belle quand je trouve la bonne tenue par exemple, pas la tenue de camouflage, mais celle qui me donne un look. Je me trouve belle quand mon balayage blond est tout neuf et que j’ai l’air une jeune maman dans le vent🙂 Je me trouve belle assez souvent finalement, beaucoup moins nue devant un miroir par contre… Mais tu as raison, il faut faire le deuil de son corps de jeune adulte ! Je n’ai plus 20 ans, et j’ai eu un enfant. J’ai une cicatrice de ma césarienne, des kilos qui se sont installés, de la peau d’orange récalcitrante et un rythme de vie qui ne me laisse plus le même temps pour remédier à tout cela ! Ce n’est pas la fin du monde, il s’agit juste d’en prendre conscience, et de réorganiser son agenda pour ne pas s’oublier entièrement (1h de gym suédoise par semaine) et écouter les compliments sincères de son amoureux, qui lui, vous trouve à croquer avec vos petites rondeurs localisées😉

  2. C’est chouette de t’être rendu compte de tout ça au bout de seulement 2 régimes !🙂

    Moi il m’en a fallu une bonne quinzaine, dont certains bien farfelus ! Et même si j’ai décidé de ne plus jamais faire de régime, je me bats encore avec moi-même parfois, comme tu as vu, pour ne pas céder à la pression ambiante, surtout à cette saison et après une grossesse !

    Et effectivement, on dit bien la même chose au fond🙂

    • Oh non, pas deux régimes, quarante-douze, soixante mille ! Jamais très sérieux ni très suivis, mais …
      Mes deux importantes pertes de poids ne venaient (paradoxalement) pas de régime.

  3. Hihi, je me sens moins seule … Pour ma part, j’ai pris 5 kilos (ça fait beaucoup sur une fille de moins d’un métré soixante ^^) à notre déménagement. J’ai essayé de les perdre, sans résultat… J’aimerais vraiment m’en débarrasser pour notre mariage, parce que j’aimerais revenir à mon poids de forme. Poids de forme très loin des canons de la mode, mais avec lequel je me sens vraiment la plus à l’aise … Cependant, j’ai lu le fameux livre du Dr Zermati, et je ne tenterai donc pas de régime, juste de réapprendre à manger quand j’ai faim, ce dont j’ai faim, tant pis pour les règles de la sacro-sainte diététique. A suivre …

    • Dit comme ça, ça parait bien, ce que dit Zermati. Il y a plein de raisons de le faire, sans avoir besoin de le faire pour perdre du poids …
      Même question qu’à Lilou sinon.

  4. Hahaha qu’est-ce que je partage ton avis !!!
    Tu sais quoi ? 60% des femmes qui ont un indice de masse corporel normal cherchent à perdre du poids. Mieux encore dans les années 60 les miss France mettaient du 42 ! aujourd’hui elles oscillent entre le 34-36 !!
    C’est une des évolutions – régressions de notre société… le culte du corps…

    Tu as bien raison de dire « Alors non, pas de régime pré-mariage pour moi. Juste une robe à ma taille ! »

    • Ça ne m’étonne pas qu’on soit d’accord !
      D’ailleurs un ami à nous est tombé sur votre blog et a cru un moment que c’était nous « mais on se ressemblait pas en photos et puis c’était pas la bonne date »😀

  5. Conclusion saine loin des bridezillas victime de la société des top models.
    Témoignage poignant car sincère je pense et ça fait du bien à la blogosphère d’avoir ce genre d’articles…
    Celle qui racontera sa vision un jour et qui ne sait pas combien elle pèse et qui est plus petite que Lilou (!)

  6. Moi je vous bats a plat de couture. Jusqu’à mes 22 ans j’ai fait MAXI 68kg pour 1m75. Et puis la vie de couple (75kg) et puis une rupture bien violente (-15 kg en 1mois : 60kg). Je rencontre ChériChéri quelques jours après (63kg) et après 6 ans de vie commune, en Octobre dernier je faisais 80kg. Sachant que à 29ans, je n’ai pas fini ma croissance (si si je vous jure, même si tout va très doucement), que j’ai une poitrine improbable et la taille très fine en comparaison du reste, c’était un peu limite en théorie mais en réel, ca faisait « juste » très pulpeuse. Ensuite, un chéri qui n’a droit qu’à de la soupe (maison) pendant 1 mois (- 4 dents de sagesse), puis qui enchaine sur un régime, forcément j’en ai profité et j’ai perdu 7 kg (sans faire exprès). Donc là je fais 1m75, 75 kilos (et oui j’ai un peu repris).

    Et le truc très drôle en fait, c’est que, lorsque j’allais essayer les robes de mariée, avec mes gros seins, mes fesses rondes et mes hanches bien présentes, les vendeuses me disaient très surs d’elles « mais vous avez largement le temps de perdre 10kilos! » ou pire : « vos 10 kilos en trop », non seulement je ne tiquais pas, mais je leur disais que ça n’était pas du tout prévu et puis après 5ans de réflexion, je ne me déteste pas tant que ça avec.

    Cependant, comme je suis sportive comme un caillou et que je compte porter des gants très longs, je vais commencer la muscu des bras (pour pas que ça bloblote)vers Mai et aussi faire attention à ne pas trop changer de poids à partir de cette date car la robe n’est pas extensible tout de même.

    Voilà : pas encore 30 ans, pas encore d’enfant (presque mariée), pas fini ma croisance, 1m75 pour 75kilos ! Tant pis ou tant mieux mais c’est comme ça ! Na !

    Soyons juste comme on se sent bien. Et à bas les dictats de la mode.

    • « Soyons juste comme on se sent bien. » … Et c’est comme ça qu’on est les plus belles et les plus intéressantes ! Na ! (Oui, mon inner gamine capricieuse aime bien dire Na !, aussi)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s